Proche aidant : Appel à candidature dans le cadre de la mise en œuvre de prestations de suppléance (ou « relayage »)

Cet appel à candidatures s’inscrit dans le cadre de l’article 53 de la loi du 10 août 2018 pour un État au service d’une société de confiance, qui permet l’expérimentation de dérogations au droit du travail dans le cadre de la mise en œuvre de prestations de suppléance (ou « relayage ») à domicile du proche aidant et de séjours de répit aidants-aidés.


Le soutien au domicile, la vie en milieu ordinaire autant et aussi longtemps que possible, répondent aux aspirations des personnes âgées et des personnes en situation de handicap. Le maintien à domicile n’est possible que grâce à une importante implication des proches des personnes concernées.

Les proches aidants jouent un rôle considérable dans la vie et le soutien à domicile de ces personnes, tant par la proportion des personnes en perte d’autonomie ou en situation de handicap qu’elles aident, que par l’ampleur ou le volume de l’aide qu’elles apportent.

De nombreuses enquêtes ont mis en évidence les conséquences du rôle d’aidant sur leurs revenus, leur vie professionnelle et sociale, leur état de santé et leur bien-être, ainsi que les besoins et attentes des aidants en termes de soutien et d’accompagnement leur permettant de mieux assurer ce rôle et plus longtemps.

Aussi, pour mieux accompagner les aidants et élargir la diversité des réponses offertes tant aux personnes qu’à leurs proches, les pouvoirs publics soutiennent depuis une dizaine d’années le développement des solutions de répit et de relais des aidants (accueils de jour, accueils de nuit, hébergement temporaire, gardes itinérantes de nuit, familles d'accueil à titre onéreux, plateformes d’accompagnement et de répit, etc.).

Pour autant, ces solutions de répit du proche aidant ne sont pas toujours adaptées pour les personnes aidées, en particulier celles souffrant d’une atteinte des fonctions mentales, cognitives ou psychiques et pour lesquelles la préservation des repères est essentielle. De la même manière, les solutions de répit et de relais des aidants, proposées au domicile avec la succession de plusieurs professionnels, ne permettent pas toujours d’assurer un accompagnement réellement satisfaisant pour les personnes en perte d’autonomie ou en situation de handicap et leurs proches. Cette situation est ainsi plus difficile pour leurs proches aidants et les modalités de ces dispositifs limitent leur recours effectif.


Afin de répondre à ces besoins spécifiques le Gouvernement propose d'expérimenter des dérogations au droit du travail dans le cadre de la mise en œuvre de prestations de suppléance (ou « relayage ») à domicile du proche aidant et de séjours de répit aidants-aidés.

Cette dérogation expérimentale doit permettre l’intervention à domicile d’un seul et même professionnel plusieurs jours consécutifs, afin de permettre le relais et le répit du proche aidant d’une personne en situation de dépendance.

L’objectif de cette expérimentation est donc multiple :

- diversifier l’offre de répit des aidants en permettant l’intervention d’un seul professionnel pendant plusieurs jours consécutifs, auprès de la personne aidée, en relais de son aidant ;

- évaluer les bénéfices de cette offre pour le proche aidant et la personne aidée ;

- évaluer les impacts de la mise en œuvre des dérogations au droit du travail pour l’intervenant.



Télécharger l'avis d'appel à candidatures


Télécharger la fiche de renseignement