Pension de réversion : pas facile de préparer le dossier de son vivant !

Alerté par un habitant de l’agglomération bisontine, Éric Alauzet a constaté qu’il n’était pas facile de préparer de son vivant un dossier préalable de demande de réversion, démarche pourtant bien légitime pour celui ou celle qui souhaite éviter de mettre en difficulté le conjoint survivant.

C’est pourquoi il a porté auprès de Jean-Paul Delevoye, Haut-Commissaire à la réforme des retraites, 3 propositions qui permettraient, dans un moment douloureux, de faciliter grandement les démarches que doit engager le survivant lorsque survient le décès du conjoint, et de garantir ainsi la solidarité entre époux.

D’abord, les organismes en charge des retraites et retraites complémentaires devraient avoir l’obligation de fournir tous les éléments et informations nécessaires à la préparation du dossier de réversion lorsque le requérant en fait la demande de son vivant. Cela permettrait de mettre un terme à une différence de traitement selon l’organisme en charge de la pension, certains, opposant un refus, d’autres acceptant d’y répondre favorablement.

Ensuite, il conviendrait que les organismes mettent à jour l’ensemble de la documentation disponible en libre accès, et en particulier sur le net, afin de délivrer une juste et unique information stabilisant les droits de nos concitoyens en la matière. 

Enfin, la création d’un dossier type unique de réversion paraît relever du bon sens et mériterait d’être mise en œuvre. 

La prise en compte de ces requêtes serait un vrai progrès pour tous. 

Ce dossier témoigne aussi qu’un cas particulier peut servir l’intérêt général. Éric Alauzet revendique cette disponibilité pour tous, qu’il considère comme une vraie richesse collective. Ces rencontres sur le terrain nourrissent son travail de législateur à Paris. C’est la meilleure façon de ne pas être coupé des réalités vécues par chacune et chacun, d’identifier les difficultés qui surgissent et les solutions possibles.