Index de l'égalité salariale : les premiers résultats

Déclarée grande cause nationale du quinquennat par le président de la République et fermement défendue par le Gouvernement, l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes passe par une mobilisation de tous. En mai 2018,  Édouard Philippe, Premier Ministre, Muriel Pénicaud, Ministre du Travail, et Marlène Schiappa, Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, ont présenté un plan d’action global pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles, et pour en finir avec les inégalités salariales entre les femmes et les hommes. Les mesures législatives ont été adoptées dans la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, promulguée le 5 septembre 2018.

Mesure phare du plan, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes en entreprise fait désormais l’objet d’une obligation de résultats, et non plus simplement d’une obligation de moyens. 4 phases :

1 • Une mesure : l’index de l’égalité femmes-hommes avec 5 indicateurs

2 • Une transparence : chaque entreprise publiera ses résultats sur son site

3 • Cinq actions correctives : chaque entreprise aura 3 ans pour faire le rattrapage salarial

4 • Un contrôle : les entreprises qui n’auraient pas réalisé le rattrapage dans 3 ans pourraient être sanctionnées jusqu’à 1% de la masse salariale


L’obligation de publication de la note de l’index égalité femmes-hommes concerne les entreprises d’au moins 1000 salariés dès le 1er mars 2019, celles d’au moins 250 salariés à compter du 1er septembre ; celles d’au moins 50 salariés au 1er mars 2020. 

Très concrètement, sur une échelle de 100 points, l'absence totale d'écart dans les rémunérations en rapporte 40. Vient ensuite l'égalité devant les augmentations annuelles (20 points), l'écart dans les promotions (15 points), les mises à niveau du salaire au retour du congé maternité (15 points) et enfin la présence des femmes parmi les plus hautes rémunérations (10 points). 


Les résultats

Seule entreprise à obtenir la note maximale (100), Sodexo Hygiène et Propreté est, parmi les grandes entreprises installées en France, celle qui respecte le plus l’égalité salariale entre les hommes et les femmes, selon cet index. CNP Assurances (99) et la MAIF (99) complètent le podium, à égalité avec Primark. Viennent ensuite Sanofi Aventis France (98), Alstom (95), UES Sodexo (Sodexo en France, 95). Les sociétés ayant obtenu un score de 94 sont également très nombreuses: Vinci-Cofiroute, Essilor, les filiales de Thales : Thales DMS, Global Services et Aleania Space, Schmidt, Renault SAS, Michelin, Orange, La Poste…

D’autres entreprises sont toutefois en dessous des 75 points. C’est le cas de Bolloré Logistics (69), Aubert et Duval (69), Thales Services (70), Atos (71), Arcelor Mittal Industeel (73), Alten SIR (73), GRDF (73), Radio France (73), Hager (74). Tandis qu’Ikea, Vinci Construction Terrassement et Aximum s’en sortent tout juste avec 75 points.


Pour rappel 


  • Les femmes gagnent 24 % de moins que les hommes par an (salaire annuel moyen).

  • A poste et expérience équivalents, les femmes touchent 12,8 % de moins que les hommes.

  • La part de cadres est moins importante chez les femmes : on compte 20,5% d’hommes cadres vs 14,7% de femmes cadres.

  • En 2015, la durée annuelle effective travaillée par les femmes à temps complet était de 1578 heures en moyenne contre 1707 heures pour les hommes soit 8% de moins


Sources : Insee - 2017