Remaniement du gouvernement : Réaction d’Éric Alauzet

Dès l’annonce de la démission du Gouvernement, lundi 25 août, Éric Alauzet a été interrogé par la presse (L’Est Républicain) et est notamment intervenu sur BFM Business et France 3 19-20 Région Franche-Comté.

Le député du Doubs comprend la désespérance des français mais ne partage pas l’attitude d’Arnaud Montebourg, « ni sur la forme, ni sur le fond ».

«Et je n’accueille cette démission avec pas plus de bien que je n’avais accueilli celle de Cécile Duflot. Il faut resserrer les rangs. Au lieu de chercher les questions qui divisent. Et la bonne question, ce n’est pas de savoir si on doit rembourser la dette mais comment trouver les bons leviers pour quitter la dette ».

Sur une éventuelle participation des Verts au gouvernement, il rappelle qu’ « A titre personnel, chaque fois qu’on a la possibilité de participer à un exécutif localement ou nationalement, on doit le faire et je n’étais pas favorable à la sortie d’EELV du gouvernement »

Et cette participation, le député ne peut l’envisager qu’à trois conditions :

 « Ne pas agir uniquement sur la baisse de la dépense publique, faute de quoi on s’expose à la récession « , mais «  réformer la fiscalité en profondeur et lutter contre l’évasion, qui a déjà fait rentrer 2 milliards de recettes l’an passé ».

« Deux : investir sur la transition énergétique dans les secteurs où l’on connaît le rendement et le taux de retour sur investissement. »

« Enfin, engager à nouveau un vaste plan emploi jeunes pour leur donner les moyens d’avoir un accès à l’emploi en attendant la reprise. » « Tout autre plan de relance s’est toujours traduit, depuis trente ans, par une augmentation de la dette et des prélèvements ».

Pour le député, « la Gauche dans son ensemble est au pied du mur ». « Elle doit faire sa révolution culturelle ». « On a continué de croire en un modèle de croissance et inexorablement il n’existe plus ».

« C’est quoi la gauche au 21ème siècle quand il n’y a plus de croissance et quand il y a une dette à la fois financière et écologique. Et la question n’épargne pas les écologistes, cela doit également nous questionner. Il y aura la nécessité de clarification et sa recomposition sera alors inévitable. »

« Il n’y aura pas de changement de cap qui ne prenne pas en compte la lutte contre les déficits, ce serait suicidaire, il faut soutenir les entreprises, il faut réduire la dette. La gauche doit s’unir sur l’idée que la diminution de la dette ne doit pas se faire uniquement en réduisant les dépenses publiques mais aussi et surtout en luttant contre l’évasion fiscale ». « C’est crucial il y a des gens qui ne payent pas leurs impôts depuis trop longtemps, des gens qui font de la fraude ». Les créanciers de la dette doivent également apporter leur contribution.

 

BFM Business (à 9 minutes 30’)

http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/nicolas-bouzou-thomas-guacnolac-aric-alauzet-et-olivier-carrac-dans-le-grand-journal-2508-24-305103.html

 

France 3 Région Franche-Comté (25 août 2014 à 3 minutes 10)

http://france3-regions.francetvinfo.fr/franche-comte//emissions/jt-1920-franche-comte

 

Le nouveau gouvernement :
http://www.gouvernement.fr/institutions/composition-du-gouvernement