Réchauffement climatique : bulletin météo de 2050

 

La vidéo de la semaine est le bulletin météo de …2050 si nous n’agissons pas sur les effets du réchauffement climatique, enjeu de la conférence internationale de Paris fin 2015.

D’autres bulletins à travers le monde démontrent avec alerte si aucune décision n’est prise résolument.

Les mesures prises actuellement par les Etats pour réduire leurs émissions de serre ne suffiront pas pour limiter le réchauffement climatique à un niveau supportable. Lors de la 20ème conférence de l’ONU sur le climat qui se tient à Lima du 1er au 12 décembre 2014, les Etats devront s’engager pour qu’un accord global soit finalisé à Paris en 2015 et pour que les réductions d’émissions de gaz à effet de serre s’intensifient jusqu’en 2020.

 

Le nouvel accord sur le climat, qui doit entrer en vigueur en 2020, vise à engager tous les Etats sans distinction. L’accord sera vraisemblablement permanent et portera sur la réduction des émissions, les mesures d’adaptation et le financement de la politique climatique mondiale. Sa mise en œuvre devrait être régulièrement actualisée par la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur le réchauffement climatique.  L’accord devrait contenir également les engagements nationaux de tous les Etats pour lutter contre le réchauffement climatique (Intended Nationally Dertermined Contribution INDC). Le nouvel accord devrait être approuvé à Paris en décembre 2015.

A Lima, les délégations de chaque état devront s’engager pour que des progrès notables soient réalisés dans la préparation de l’accord de 2015. Cet accord doit lier tous les Etats en fonction de leurs responsabilités et de leurs capacités. Les besoins spécifiques des pays les moins développés doivent être pris en compte. Les pays devront s’opposer à un traitement différencié des Etats qui reprendrait l’ancienne distinction entre pays industrialisés et pays en développement.

Chaque Etat devrait annoncer, si possible au printemps 2015, un objectif national de réduction de gaz à effet de serre pour la période après 2020. La  Chine et les Etats-Unis, qui représentent à eux deux 45% des émissions mondiales, ont annoncé leurs intentions le 12 novembre dernier.