Question au gouvernement d’Eric Alauzet : Quel rôle va jouer la France dans les négociations sur l’avenir du climat ?

Les négociations climatiques (COP19) s’ouvrent à Varsovie, au moment même où le typhon Haiyan a déjà causé, selon un bilan encore provisoire, des milliers de victimes et des centaines de milliers de sans-abri aux Philippines.

Cette actualité a été l’occasion pour Eric Alauzet de poser une question au gouvernement lors de la séance publique de ce mardi.

Conférence de Varsovie sur le climat

Question d’Eric Alauzet

M. le président.  La parole est à M. Éric Alauzet, pour le groupe écologiste.

M. Éric AlauzetLe groupe écologiste s’associe à toutes celles et tous ceux qui appellent nos concitoyens à l’apaisement et les groupes politiques au sang-froid.
Monsieur le ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, on le sait, les périls sont devenus multiples : il y a quelques jours, le typhon Haiyan tuait des dizaines de milliers de personnes et dévastait tout sur son passage. La situation appelle, d’abord, notre soutien à toute initiative que prendra le Gouvernement pour aider les Philippines et ses habitants.
Cette catastrophe confirme malheureusement l’impact du changement climatique, auquel aucun continent ni personne n’échappera. Rien d’étonnant pour les scientifiques : alors que la couche supérieure de l’océan se réchauffe inexorablement, une étude de l’université de Floride a démontré qu’une augmentation d’un degré de la température de l’eau accroît la vitesse des 10 % de cyclones les plus puissants de 6,5 mètres par seconde.
En d’autres termes, si nous ne maîtrisons pas l’augmentation de la température, les risques cycloniques vont croître. À celles et ceux qui conservent une approche étriquée de l’économie, au mépris de la condition sociale et de la protection de l’environnement, je rappelle le rapport de Nicholas Stern, publié en 2006, qui précise qu’en cas d’inaction d’ici 2050, le changement climatique coûterait entre 5 et 20 % du produit mondial brut. L’ajustement de ses prévisions nous conduit plutôt vers le haut de la fourchette.
L’écologie n’est pas seulement une chance pour l’économie, elle en est la planche de salut. Depuis hier, à Varsovie, 192 pays ont entamé des négociations en vue d’aboutir en 2015 à un accord sur la réduction des gaz à effet de serre engageant l’ensemble des pays.
La France a une responsabilité historique puisqu’elle accueillera, à Paris, en 2015, la conférence sur le climat.
Monsieur le ministre, quel rôle la France jouera-t-elle à la conférence de Varsovie ? (Applaudissements sur les bancs du groupe écologiste.)

M. le président.  La parole est à M. le ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.

M. Philippe Martin, ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.  Monsieur le président, monsieur le député, mesdames, messieurs les députés, je veux tout d’abord exprimer l’émotion du Gouvernement et la solidarité de la nation – et je pense refléter les sentiments de l’ensemble de la représentation nationale – à l’égard des victimes du typhon Haiyan, aux Philippines, au Vietnam et en Chine. (Applaudissements sur tous les bancs).
Monsieur le député, ce qui s’est passé ce week-end est, une fois encore, l’illustration que les chiffres des experts du GIEC sont confirmés par des dérèglements climatiques répétés. Il n’est plus temps de tergiverser mais d’agir. Avec Laurent Fabius, Pascal Canfin et des membres de la représentation nationale, nous nous rendrons à Varsovie pour dire la détermination de la France à agir. À cet effet, mesdames, messieurs les députés, nous devons restaurer la confiance des pays en développement, qui doutent, parfois, de la sincérité des pays riches à traiter cette question comme il se doit. Pour cela, nous devons lancer la dynamique qui conduira au sommet de Paris 2015, pour parvenir à un accord enfin universel et contraignant. Dès Varsovie, mesdames et messieurs les députés, l’Union européenne doit créer les conditions pour que tous les pays s’engagent sur des objectifs ambitieux de lutte contre le changement climatique. Nous le devons aux victimes du typhon Haiyan. Nous le devons aux générations futures. (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC et sur plusieurs bancs des groupes écologiste, RRDP et UDI.)

coonf varsovie

Communiqué d’EELV

Plutôt, Europe Ecologie Les Verts rappelait dans un communiqué que le dernier rapport du GIEC (http://leclimatchange.fr/) confirmait sans appel l’origine humaine du changement climatique : «  Si nous n’agissons pas, nous risquons une augmentation des températures de plus de 4 degrés d’ici 2100, entraînant de plus en plus d’évènements météorologiques extrêmes et une hausse de leur intensité : sécheresses, canicules, tempêtes… Et leurs conséquences sur l’agriculture, la sécurité alimentaire, la biodiversité, les conditions de vie et le déplacement de millions de réfugiés à travers le monde ».

« La réalité des faits les plus graves est désormais établie. Elle appelle à des décisions responsables. La conférence de Varsovie, après la spirale de lourdes difficultés des dernières discussions climatiques, doit permettre d’ouvrir une nouvelle étape. La volonté politique de toutes les parties, et en particulier des pays « émetteurs historiques », doit enfin être clairement affirmée ».

« Europe Ecologie Les Verts attend de la France, qui accueillera en 2015 les négociations climatiques, qu’elle porte avec fermeté et clarté cette volonté. Elle est une exigence nécessaire, si la communauté internationale veut de tenir ses engagements, pris à Durban en 2011, de parvenir à un accord contraignant et ambitieux de réduction des gaz à effet de serre en 2015 à Paris ».