PLFR 2013 : « Soutenir la politique économique du Gouvernement en faveur de l’économie réelle »

L’Assemblée nationale a adopté ce mardi le Projet de loi de finances rectificative pour 2013 (PLFR). Eric Alauzet a donné l’explication de vote favorable du groupe écologiste en séance publique.

Pour le député, « ce collectif budgétaire se veut le prolongement de la politique économique du Gouvernement en faveur de l’économie réelle, par un renforcement du soutien aux entreprises et à l’emploi et une reprise en main progressive de la finance, notamment en luttant contre la fraude fiscale ».

En faveur des entreprises, il s’est félicité « des mesures exceptionnelles pour les PME innovantes, le dispositif de reprise d’entreprise par les salariés, notamment par la création de SCOP, l’augmentation du nombre d’apprentis, et bien entendu la réorientation d’une partie de la collecte des assurances-vie vers des investissements productifs, à savoir les PME, le logement ou encore l’économie sociale et solidaire » (…) et « le soutien apporté par le Gouvernement à la filière bois ».

« Ces mesures ciblées correspondent davantage à ce que les écologistes proposaient lors du PLFR 2012 ».

Sur la fraude fiscale : « le travail de la majorité et du Gouvernement sur ce sujet est exemplaire. En quelques mois, nous avons institué la transparence des activités bancaires et des trusts, assuré un soutien aux lanceurs d’alerte et renforcé les peines encourues par les fraudeurs ».

Il est revenu également dans ces propos sur la TVA dont il est difficile de comprendre son augmentation sur les transports en commun, le bois énergie ou la gestion des déchets et l’eau.

Il a rappelé le soutien des écologistes à l’annonce de la réforme fiscale tant attendue qui « devra rendre l’impôt de nouveau efficient en le rendant plus efficace, plus juste, plus compréhensible » avec « la mise en place d’une fiscalité écologique fondée sur le principe du pollueur-payeur ».

 

L’intervention :