Le groupe écologiste demande à l’Etat d’acter, avant le 31 décembre, le principe d’un rachat des concessions autoroutières bradées sous le gouvernement Villepin

Communiqué d’Eric Alauzet et du groupe écologiste

Des négociations auront lieu en 2015 sur la contribution des sociétés concessionnaires des autoroutes au financement des infrastructures de transport et sur le partage de leurs bénéfices.

Le gouvernement doit se donner tous les moyens de peser, afin de redéfinir des règles et des niveaux de financement justes, pérennes et à la hauteur des enjeux. C’est pourquoi le groupe écologiste, à l’instar de nombreux élus socialistes qui se sont exprimés ces derniers jours, appelle le gouvernement à acter, avant le 31 décembre, le principe d’un rachat des contrats de concessions autoroutières passés en 2006 avec les six sociétés historiques.

La privatisation des sociétés d’autoroutes menée par le gouvernement Villepin a contribué à créer des situations de rentes pour des entreprises dont le taux de profit est désormais sans commune mesure avec les investissements réalisés.

Elle prive la puissance publique de recettes indispensables au développement d’une politique de transports qui réponde aux besoins sociaux comme à la crise environnementale.

Les reculs dans la mise en place d’une ecotaxe poids-lourds, l’abandon du péage de transit poids lourds ne permettent pas aujourd’hui à la France de financer correctement les travaux d’infrastructures de transports. Il est indispensable de sortir de l’incertitude qui caractérise le vote de chaque loi de finances, et de l’instabilité des recettes de l’agence pour les infrastructures de transports et pour les collectivités. L’enjeu est d’engager des politiques de transport construites sur la durée et la stabilité de leurs financements.

La mise en œuvre de la disposition du rachat pour motif d’intérêt public, prévue au cahier des charges qui régit les rapports de l’Etat et de ces sociétés, mettrait l’Etat en situation de force lors de la négociation qui s’annonce.

Payées avec les impôts des Français, bradées dans l’urgence, nos autoroutes ne doivent plus constituer une source de profits exorbitants pour des sociétés privées, mais devenir une source de financements pour de nouveaux travaux d’utilité publique, générateurs de nouveaux choix de déplacement pour demain et créateurs d’emplois dès aujourd’hui.

Au-delà de la seule question financière, l’enjeu est également d’intégrer les autoroutes à une politique des transports cohérente, notamment à travers le Schéma Directeur National Logistique et la nouvelle loi sur les Transports Intérieurs annoncés pour 2015 lors de la Conférence Environnementale.

logo groupe