La mobilisation de tous, le choix de la prévention, une nouvelle chance pour se qualifier.

La lutte contre le décrochage scolaire est une priorité nationale pour laquelle des objectifs ambitieux ont été fixés. Le premier ministre Manuel Valls et la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, ont présenté les mesures du plan de lutte contre le décrochage scolaire vendredi 21 novembre, autour de trois axes : la mobilisation de tous, le choix de la prévention, une nouvelle chance pour se qualifier.

La lutte contre le décrochage est un sujet qui nous concerne tous : parents, professeurs, pouvoirs publics au niveau national ou local, associations, entreprises. Ainsi, il interroge notre capacité collective à faire réussir chaque jeune et à lui permettre de trouver sa place au sein de la société.

À la suite de l’engagement pris par le Président de la République de réduire le nombre de jeunes sortant sans qualification du système éducatif par deux au cours de sa mandature, réaffirmé lors de la grande conférence sociale des 7 et 8 juillet 2014, le lancement d’une action d’ampleur est nécessaire pour mobiliser et mettre en mouvement l’ensemble de la société autour d’un nouveau plan d’actions ambitieux.

La mobilisation la plus large possible de l’ensemble des acteurs, au travers d’une communication grand public et d’envergure nationale, est une des conditions de la réussite dans la durée du plan de lutte contre le décrochage. D’autres expériences à l’étranger, au Québec notamment, ont montré l’efficacité d’une telle communication en termes d’adhésion et de diminution du flux des sorties sans qualification.

C’est de cette prise de conscience que viendra une amélioration des résultats.

L’essentiel du plan : 3 axes clés pour lutter contre le décrochage

 

1 – Tous mobilisés contre le décrochage

L’action quotidienne de tous les acteurs dans la lutte contre le décrochage sera valorisée chaque année lors d’une Semaine de la persévérance scolaire organisée dans chaque académie et avec pour slogan « Ensemble on s’accroche ! ».

Les parents seront davantage associés à la vie de l’école et au parcours de leurs enfants. Des dispositifs et pratiques contribuant à impliquer les parents seront renforcés et généralisés, en particulier aux moments clés de l’orientation.

Un numéro unique, le 0 800 12 25 00, permettra aux jeunes en situation de décrochage et à leurs parents d’échanger avec un conseiller pour obtenir des conseils et une information immédiate et fiable sur les solutions alternatives de formation et d’accompagnement qui s’offrent à eux. Ce conseiller orientera le jeune vers une structure de proximité fournissant un accompagnement personnalisé.

 

2 – Faire le choix de la prévention

Le plan national de formation -formation initiale et formation continue- de tous les personnels intègrera un module spécifique sur le décrochage (ex : formation au repérage des signes annonciateurs du décrochage).

Des réponses individualisées et pluridisciplinaires seront apportées aux jeunes en difficulté aux travers d’alliances éducatives entre établissements et partenaires externes (représentants de l’action pédagogique, éducative, médico-sociale, associations, etc.) dans les territoires qui ne sont pas pourvus de programme de réussite éducative (PRE) (1).

Toutes les potentialités du numérique seront utilisées pour faire évoluer les pratiques pédagogiques dans la classe, accompagner les parcours et développer de nouvelles modalités d’apprentissage adaptées aux jeunes présentant des risques de décrochage.

 

3 – Une nouvelle chance pour se qualifier

Une plus grande modularité des formations et souplesse des parcours seront expérimentées :

En cas de redoublement après un échec à un diplôme de l’enseignement professionnel, le jeune pourra bénéficier d’une formation adaptée prenant en compte ses acquis du passé pour ne repasser que les matières non validées.

Les jeunes en situation de décrochage pourront obtenir leur CAP ou leur baccalauréat professionnel en validant différentes unités au cours de sessions organisées dans l’année au lieu de présenter toutes les épreuves lors d’un examen final.

Tous les jeunes de 15 à 18 ans risquant de sortir sans diplôme ou sans qualification d’un établissement du second degré pourront bénéficier d’un parcours aménagé de « stagiaire de la formation initiale ». Le jeune conservera le statut scolaire de son établissement d’origine et bénéficiera d’un accompagnement personnalisé.

Des structures de remédiation innovantes seront mises en place au sein d’établissements « classiques » pour permettre la réussite des élèves et l’essaimage des pratiques pédagogiques efficaces.

Afin d’encourager les jeunes en situation de décrochage à réintégrer un cursus de formation, un abondement des heures de formation disponibles dans leur compte personnel de formation (CPF) leur sera proposé lors de leur prise en charge par un référent de leur Plateforme de suivi et d’appui aux décrocheurs (PSAD).

 

 Site : http://www.education.gouv.fr/cid84031/tous-mobilises-pour-vaincre-decrochage-scolaire.html

Dossier de présentation :