Journées en circonscription du 6 au 10 juin : les aînés à accompagner, la forêt à protéger, l’avenir énergétique à construire, l’eau à préserver,…

Journées en circonscription du 6 au 10 juin

 

Jeudi 6 juin – Le « maxistère » de Michèle Delaunay

Michèle Delaunay, ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie, s’est rendue à Besançon durant deux jours pour une visite consacrée à des rencontres d’acteurs (cadres des centres communaux d’action sociale, acteurs de la gérontologie et de l’aide à domicile, etc.) et à la présentation d’expériences ou actions innovantes locales en faveur des aînés comme le Pôle Gérontologique Interrégional Bourgogne Franche-Comté) ou encore la Maison des Séniors.

Eric Alauzet a assisté à son intervention au cours des tables-rondes des Rencontres nationales de l’Anccas, l’association des cadres du CCAS où était présente également Paulette Guinchard, ancienne ministre et Présidente de la Fondation nationale de Gérontologie.

A cette occasion, la ministre a insisté sur la transversalité des réponses à apporter à la question de l’âge et à la nécessaire « solidarité entre soi ». Avec trois priorités : la cohérence des réseaux sur les territoires, le soutien à l’aide à domicile – en octobre 2012, le gouvernement avait déjà créé un fond exceptionnel de 50 millions d’euros –, et l’engagement dans la « bataille pour l’emploi ».

D’ici à 2020, 300 000 postes seraient à pourvoir dans le secteur, selon les chiffres de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES). Un plan des métiers de l’âge est en cours de rédaction.

Regroupant toutes les entreprises agissant pour et/ou avec les personnes âgées, la filière Silver economy est  aussi promise à une belle croissance. « Les services à la personne sont générateurs à courte échéance d’emplois nombreux, non délocalisables, qu’il convient de rendre attractifs par la formation et le développement ».

IMG_6134_1_1

La ministre a notamment plébiscité le département du Doubs qui s’essaie à un rapprochement entre services d’aide à domicile et services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) et applique la tarification globale, et qui a créé plus de 500 places dans les Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, et 1300 places modernisées, depuis 2005.

Elle a présenté également son dispositif «  citoyen et associatif » « Monalisa »  en cours de réalisation contre l’isolement des personnes âgées. Lancé fin 2012, le projet de MObilisation NAtionale de Lutte contre l’ISolement des Agés a commencé à prendre forme avec la création d’un groupe de travail qui doit proposer des solutions financières et sociales pour dépister et prévenir la perte d’autonomie des personnes âgées et accompagner les personnes isolées.

Michèle Delaunay a évoqué au cours de ces journées également le travail interministériel en cours sur un futur projet de loi « d’adaptation de la société au vieillissement » qui sera prêt d’ici à la fin de l’année. Ce projet sera décliné en trois volets : anticipation du vieillissement, adaptation de la société et accompagnement de la perte d’autonomie. « Redonner à la France son « Triple A » : Anticipation, Adaptation et Accompagnement » comme le dit avec humour mais aussi conviction la ministre où «  l’humain devra être l’outil de soin le premier mis en avant ! ».

Il s’agit de répondre à l’enjeu du vieillissement de la société. En 2035, un tiers des Français auront plus de 60 ans. La population des plus de 80 ans doublera à cet horizon. De quoi faire du ministère de Michèle Delaunay un « maxi-ministère, un maxitère » pour orienter, coordonner et mobiliser tous les acteurs et partenaires du vieillissement » (…) « notre société doit s’adapter dès à présent, pour permettre à tous de profiter dans les meilleures conditions sociales, économiques et sanitaires de ce formidable progrès ».

Paulette Guinchard, qui sous le gouvernement de Lionel Jospin entre 2001 et 2002, a mis en œuvre l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA) – touchée aujourd’hui par plus d’1,2 million de plus de 60 ans en perte d’autonomie – a rappelé comment les dispositifs s’étaient en dix ans multipliés et développés « et ce qui s’est surtout passé dans nos têtes » et de féliciter la ministre pour cette concertation et action jamais engagée de cette façon. « Il faut faire confiance aux gens pour l’avenir (…) l’allongement de la vie est une chance et il faut prendre en compte d’abord et avant tout l’humain dans toutes ses composantes et ses vulnérabilités ».

En savoir + sur le futur projet de loi : http://www.gouvernement.fr/presse/remise-des-rapports-sur-l-adaptation-de-la-societe-au-vieillissement-0

La dernière table-ronde de la journée réunissait François Chérèque, chargé du suivi du plan gouvernemental de lutte contre la pauvreté, Martin Hirsch, président de l’Agence nationale du service civique et Nans Mollaret, Directeur Adjoint des Solidarités aux CCAS. Ce dernier a présenté le nouveau maillage d’intervention sociale par des antennes et équipes polyvalentes de proximité sur les quartiers bisontins.

Les débats ont porté notamment sur les outils pour faire face à la précarité grandissante et en particulier la non-qualification des personnes et le coût du travail. Eric Alauzet a évoqué en exemple  la question de « l’assurance emprunteur » qui est d’actualité au parlement et dont il espère que la future loi sur la consommation reprendra.

 

Le même jour, la députée suppléante, Michèle Besançon De-Wilde était présente à « la remise des plaques » aux porteurs de projets privés et publics d’édifices rénovés avec le soutien de la Fondation du Patrimoine, au siège du Département du Doubs.

9408_528978300496545_1539396327_n

 

Vendredi 7 juin – Financements publics, Pôle emploi, Réseau ferroviaire, Forêt, Rivière,…

Durant deux jours, le député du Doubs a accueilli un jeune chercheur pour participer à une étude et un travail sur la dimension du mandat de député, celle qui se passe sur le terrain dans la circonscription directement auprès des citoyens, des associations et des entreprises.

Le Centre Emile Durkheim de Sciences Po Bordeaux, l’Université de Stuttgart et l’Université Martin Luther de Halle-Wittenberg ont mis sur pied ce programme de recherche « députés et citoyens » (CITREP) sélectionné dans les deux pays par leur agence de recherche respective afin de comprendre les multiples aspects du travail en circonscription des députés.

 

A l’initiative de la Caisse des Dépôts et des Consignations et du Préfet de Franche-Comté, une réunion s’est tenue pour présenter l’enveloppe de prêts sur fonds d’épargne d’un montant de 20 milliards d’€ pour 2013-2017, destinée à financer sur le long terme les projets du secteur public local. Eric Alauzet a tenu à assister en partie à cette réunion.

Voir l’article complet sur cette réunion : http://ericalauzet.eelv.fr/financement-des-projets-du-secteur-public-local-les-prets-sur-fonds-depargne-de-la-caisse-des-depots-et-consignations/

fondsepargnecollectivite_02

Au programme des rencontres à la permanence : les directeurs régionaux de Pôle Emploi sur la situation sur le bassin de vie du Grand Besançon, le directeur régional aux Affaire territoriales de la Sncf sur la future réforme ferroviaire et les directeurs de ONF- Office National des Forêts du Doubs et de Franche Comté.

Cette dernière  rencontre a été l’occasion d’évoquer la baisse des effectifs dans les Unités Territoriales du Doubs, alors que la suppression d’un poste a été annoncée récemment sur le triage de Roulans – Bouclans.

Une rencontre avait eu lieu à Roulans le 23 mai dernier, rassemblant agents de l’ONF et élus locaux pour dénoncer la réduction des effectifs de personnels au sein de l’agence. Michèle Besançon – De Wilde y a représenté Eric Alauzet, pour apporter son soutien aux agents et aux élus, et rappeler l’importance de maintenir un service public de gestion de la forêt, afin de se protéger des intérêts privés de gestion à court terme.

Déjà, une question écrite avait été déposée à ce sujet par le député, pour demander à M. le Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt quelles mesures il comptait prendre pour endiguer ces suppressions de postes, afin de maintenir un service public forestier nécessaire à la gestion durable des forêts publiques régionales.

Ces réductions d’effectifs sont engagées dans un contexte économique difficile pour l’ONF, qui doit faire face à un déficit important. Une perspective de rééquilibrage économique de l’agence a été acté par le Contrat d’Objectif et de Performance, signé en 2011 entre la Fédération Nationale des Communes Forestières, l’ONF et l’Etat.

Cette rencontre a été l’occasion d’aborder également la question des solutions à envisager pour conforter le modèle économique de l’ONF, dans le cadre de la future Loi d’avenir sur l’Agriculture qui devrait être présentée par le Gouvernement début 2014. La reconnaissance des aménités positives rendues par la forêt serait une piste de réflexion qui permettrait à l’ONF de continuer à remplir ses missions conjointes de service public et commercial.

Enfin, les attentes vis-à-vis du développement d’une filière-bois mieux structurée, qui permettrait de trouver une valeur ajoutée sur la transformation du produit bois est sans appel. Elle permettrait, selon les directeurs de l’ONF, de dynamiser la sylviculture, dans une forêt publique aujourd’hui sous-exploitée.

IMG_0697

Après un passage trop rapide à la seconde réunion d’agglomération sur la transition énergétique à Montfaucon, Eric Alauzet s’est rendu à la conférence-débat « La Loue : état alarmant, tous concernés » organisée à Ornans par l’association « Pour un canton vivant ».

Ce n’est pas si souvent qu’un tel événement se produit dans la Cité comtoise la plus emblématique d’une des plus belles rivières de la région. Et signe de l’importance du problème, la salle, comble, réunissait des citoyens, des élus, des responsables associatifs, concernés par le problème.

Les études se succèdent et permettent de constater que la dégradation est continue. Les résultats sont maintenant plus précis et la plupart des causes identifiées.

Des extraits du film : « Doubs, Loue, histoires croisées » du réalisateur Jean-Philippe Macchioni et les exposés ont permis d’alimenter la discussion.

Pascal Reilé, hydrogéobiologue, a expliqué le fonctionnement du bassin-versant avec ses 236 communes et leurs 112.800 habitants. Dans les régions calcaires, les sols sont peu épais et très rapidement lessivés en cas de forte pluie. Les nitrates et les phosphates se retrouvent dans les rivières.

Alain Cuinet, directeur bureau d’études spécialisé en hydrobiologie, a indiqué les évolutions des teneurs des nitrates qui ont été divisés par 6 en 40 ans alors que l’azote a doublé.

Quant à Alexandre Cheval, garde fédéral de pêche, il a dressé un bilan inquiétant : « Nous sommes passés de 600 kg de poissons à l’hectare à 30 kg ».

Jacques Breuil, vice-président du conseil général du Doubs, a rappelé que cette institution encourage à travers des subventions l’amélioration du fonctionnement des réseaux et des stations d’épuration.

Chacun, par une attention particulière à ses pratiques de consommation, peut et doit apporter sa contribution aux actions entreprises pour qu’un jour la Loue retrouve la limpidité de ses eaux.

Canton Vivant8Canton Vivant2

Samedi 8 juin : Eau préservée et médiation culturelle en milieu rural

« L’eau » était aussi l’occasion ce samedi matin d’inaugurer à Novillars la nouvelle station de pompage de Besançon venant compléter le dispositif d’alimentation en eau potable des bisontins par le maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret et Christophe Lime, son adjoint au maire.

L’approvisionnement en eau potable des Bisontins qui se fait actuellement depuis 4 sites situés à Thise (pour 2 d’entre eux), la Malate et Chenecey. Ce nouveau point de pompage permettra également la réduction des prélèvements opérés dans la Loue. Il peut puiser jusqu’à 600 m3/h dans la nappe du karst profond.

La décision de création de la station a été prise à la suite de l’épisode caniculaire de 2003 ; il avait été convenu alors de diversifier les ressources et de prospecter pour une nouvelle ressource sur Novillars. Les travaux, commencés ont consisté en la réalisation de la station elle-même, mais aussi de son raccordement au réseau existant avec pour point d’entrée le réservoir de Chailluz via une canalisation de 7 km de long. Le coût de ces travaux, de l’ordre de 3 millions d’euros a été subventionné à hauteur de 15% environ par l’agence de l’eau au titre du bénéfice environnemental pour la Loue.

2013-06-08 09.44.44  l'inauguration de la station de pompage de Novillars

L’après-midi direction Glamondans et Bouclans.

A Glamondans, accueilli par son maire et conseiller général du canton de Roulans, Claude Dallavalle, Eric Alauzet s’est entretenu avec lui sur différents dossiers du territoire et des sujets d’actualité (agents ONF, décentralisation, etc.). L’élu local a pu présenter au député le projet de remise en eau du lavoir-fontaine de la commune avec l’aide de la réserve parlementaire (4000 €).

Ils se sont rendu par la suite tous les deux à Bouclans au 12ème festival de rue « L’Annuelle, des artistes à la campagne », trois jours de fête qui sont aussi le résultat d’actions toute l’année dans les villages de Champlive, Bouclans, Dammartin les Templiers, Osse, Vauchamps et Glamondans élargis en 2013 à l’ensemble des communes de la communauté de Vaites – Aigremont. Deux compagnies sont engagées pour l’année et 6 à 7 pour l’évènement (résidences, ateliers, projet CLEA/Contrat Local d’Education Artistique. L’association est devenue une véritable référence culturelle valorisant le territoire et ses habitants. Le député, pour cette année, a pu, avec la réserve parlementaire apporter un « coup de pouce » à cette initiative exemplaire en milieu rural (3000 €).

2013-06-08 16.32.10 les artistes à la campagne à Bouclans

 

Dimanche 9 juin – Vide-greniers et course de côte

Nouveau tour des vide-greniers en circonscription : Roulans, La Tour de Scay,  Montfaucon,… et celui de l’association « le petit lutin » dans le quartier des Cras – Chaprais à Besançon.

Autre « tour » de la journée, la course de côte Moto de Marchaux. Une épreuve qui compte pour le Championnat de France Moto, avec plus de 200 moto au départ.

2013-06-09 14.59.41 vide grenier Montfaucon2013-06-09 12.24.50 - course de côte à Marchaux

 

Lundi 10 juin – Transition énergétique : le débat continue avec Delphine Batho et les « potes »

Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie était à Besançon, avec au programme de nombreuses visites d’installations et d’entreprises engagées dans la transition énergétique. Eric Alauzet l’a accompagné dans ces rencontres.

Dans les locaux d’Energy Cities, Gérard Magnin, son directeur, a plaidé auprès de la Ministre en faveur de la prise en compte des expérimentations et initiatives locales. 30 propositions ont été faites par l’association européenne des autorités locales en transition énergétique qui regroupe plus de 1000 villes dans 30 pays. http://www.energy-cities.eu/spip.php?page=energy_transition_fr

2013-06-10 10.22.11 Delphine Batho au siège d'Energy Cité à Besançon

Elle s’est ensuite rendus au Conseil régional, où la Présidente, Marie-Guite Dufay, a donné la parole aux « pionniers ordinaires de la transition énergétique », les « potes », afin qu’ils puissent faire état de leurs diverses expériences dans ce domaine, expriment leurs difficultés, et fassent remonter à la ministre les dysfonctionnements auxquels remédier pour que la transition énergétique puisse porter ses fruits et encourage un maximum d’initiatives. Leurs griefs ont notamment porté sur les multiples procédures et la complexité des démarches à entreprendre, les participants appelant de leurs vœux le « choc de simplification » annoncé il y a quelques semaines par le Gouvernement.

Delphine Batho, qui a mis un point d’honneur à répondre à l’ensemble des sollicitations qui lui sont parvenues, a rappelé que la transition énergétique était « une chance pour la France » et qu’il fallait se saisir de cette opportunité, car elle portait une vision très positive pour l’avenir, et notamment pour l’emploi.

Entre autres messages, elle a notamment annoncé que devrait voir le jour, en lien avec Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, un plan d’avenir pour la filière-bois, afin de favoriser une gestion durable de la ressource, et la relocalisation des industries de transformation du bois en France. Elle a également annoncé la mise en place d’un plan de développement de la méthanisation pour la valorisation des déchets agricoles et organiques.

Elle s’est enfin prononcée sur la fiscalité écologique, soulignant le retard de la France, actuellement avant-dernier pays en Europe dans ce domaine. Les discussions sur le projet de loi de finances 2014 (PLF 2014) devraient mettre en avant une vision incitative, progressive, et durable de la fiscalité écologique.

Puis la ministre a posé la première pierre de la chaufferie mixte bois et gaz, qui sera située rue Edouard Belin à Besançon, et devrait fonctionner dès l’automne 2014. Eric Alauzet, présent, pouvait être fier, après son engagement passé, sur la construction de cette chaufferie qui comprendra deux chaudières bois d’une puissance unitaire de 8 MW, et une chaudière au gaz naturel de 19 MW en appoint. La consommation en bois sur ce site devrait s’élever à 40 000 tonnes par an de plaquettes forestières, favorisant l’utilisation de plus d’énergies renouvelables pour la consommation domestique et collective.

Le bois représente aujourd’hui la moitié des énergies renouvelables utilisées en France, et devrait conforter cette place… à la faveur du plan de développement de la filière-bois annoncé le matin même. Une bonne aubaine pour une Franche-Comté qui compte parmi les régions les plus boisées de France.

IMG_0524

En fin d’après-midi, Eric Alauzet siégeait au Conseil de Gestion de l’UFR Sciences médicales et Pharmacie.