Hommage en séance publique aux victimes des attentats : « Vivre. Vivre libres. Vivre égaux. Vivre ensemble, en fraternité.»

L’Assemblée nationale et l’ensemble des députés ont rendu ce mardi hommage aux victimes des attentats : Frédéric Boisseau, Philippe Braham, Franck Brinsolaro, Jean Cabut, dit Cabu, Elsa Cayat, Stéphane Charbonnier, dit Charb, Yohan Cohen, Yoav Hattab, Philippe Honoré, Clarissa Jean-Philippe, Bernard Maris, dit Oncle Bernard, Ahmed Merabet, Mustapha Ourrad, Michel Renaud, François-Michel Saada, Bernard Verlhac, dit Tignous et Georges Wolinski.

 

Le Président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, a rappelé que « des êtres humains que le fanatisme transforma en automates de la mort, ont assassiné des journalistes parce qu’ils étaient libres, ont abattu des policiers parce qu’ils étaient républicains, ont exécuté des citoyens parce qu’ils étaient juifs ».

« Ils ont voulu abolir la France des Lumières, cette France dont nous sommes les représentants, les héritiers, les garants. La France de Charlie Hebdo, c’est la France de l’écriture et de la démesure, c’est la France des poètes, des pamphlétaires et des philosophes, c’est la France de l’irrévérence et de la fulgurance. En un mot, c’est la France ».

« Nous, fils et filles de France, grand pays patiné par l’Histoire, nous voyons d’où nous venons. Nous sentons qui nous sommes.

Plus encore depuis le 11 janvier, la Marseillaise aux lèvres, nous savons ce que nous voulons. Vivre. Vivre libres. Vivre égaux. Vivre ensemble, en fraternité. Chérir quelques principes, au premier rang desquels la laïcité. Elle ne saurait être négociable. Ces valeurs, celles de la République, nous rappellent chaque jour qu’il n’est pas de plus grande fierté que celle d’être citoyens français et de plus grande mission que d’être ses serviteurs. »

Au nom de la Représentation nationale, il a ensuite invité, « à la mémoire des 17 victimes de la barbarie », à observer une minute de silence. Les députés ont par la suite ont entonné spontanément l’hymne national la Marseillaise, fait rarissime dans l’hémicycle.

 

Puis chaque Président-e de groupe a pris la parole. Dans son discours à la tribune, Barbara Pompili, la coprésidente du groupé écologiste a rendu hommage aux victimes tombées sous les armes terroristes : « Ils n’ont pas choisi de frapper au hasard » a-t-elle débuté. « Leur victime était la France, son identité, la liberté de création, la laïcité, l’ordre basé sur la loi des hommes. » »Quand viendra le temps des décisions communes, gardons, chevillée à l’esprit, cette ambition : soyons digne de la France, soyons la France et restons la France ».

Intervention ci-dessous.

 

Pour conclure le Premier Ministre Manuel Valls a tenu un discours complet sur la laïcité, l’antiterrorisme, l’islamisme radical, le refus des amalgames, la lutte contre l’antisémitisme … mais plus largement sur la France, sur ce qu’elle est : « C’est la France que l’on a touché au cœur. » « C’est bien l’esprit de la France, sa lumière (…) que l’on a voulu abattre ». Il a salué la mobilisation des citoyens français en appelant à « rester fidèle à l’esprit du 11 janvier 2015 » : « Dans l’épreuve, notre peuple s’est rassemblé dès mercredi (…) Ces rassemblements sont la plus belle des réponses (…) Le peuple français, une fois encore, a été à la hauteur de son histoire. » et les forces de l’ordre : « Je veux en notre nom à tous saluer le très grand professionnalisme, l’abnégation, la bravoure de toutes nos forces de l’ordre. »

Discours ci-dessous.