Finances : « La droite est arrivée au Sénat : un avant-goût amer… »

Eric Alauzet a cette semaine, par voie de communiqué, dénoncer les mesures prises et souhaitées par la majorité UMP UDI au Sénat lors de l’examen du projet de loi de finances de la Sécurité Sociale pour 2015.

 

Communiqué de presse d’Eric Alauzet

Besançon le 24 novembre 2014,

La droite est arrivée au Sénat : un avant-goût amer…

La droite, nouvellement élue au Sénat, a marqué de son empreinte le budget de la Sécurité sociale.

Alors que depuis deux ans et demi, elle a multiplié les annonces et n’a pas ménagé ses critiques, il est particulièrement intéressant d’observer de près les modifications apportées au PLFSS (Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale) alors que la majorité en place fait l’objet de critiques récurrentes concernant sa « dérive droitière » !

Nous pouvons donc désormais « juger sur pièce » la réalité des différences entre la droite et la gauche et anticiper ce qui attend nos concitoyens.

Ainsi, le Sénat a pris des options lourdes comme le recul de l’âge de la retraite à 64 ans en 2024, l’instauration de trois jours de carence dans la fonction hospitalière alors que plus de 50% des salariés du privé n’y sont pas exposés, ou encore un supplément de baisse de la dépense publique de un milliard d’Euros.

A l’inverse, elle n’a pas remis en place les exonérations de cotisations sociales sur les heures supplémentaires ni supprimer la cotisation de 0,3% sur les pensions des retraités pour financer la dépendance, alors qu’elle s’était insurgée à grand bruit contre ces mesures.

Les plus modestes seraient, si l’on appliquait les mesures adoptées par la majorité des sénateurs UMP et UDI, également mis à contribution avec le maintien de la franchise médicale pour les allocataires bénéficiant d’une aide à l’acquisition d’une complémentaire santé alors que les plus favorisés bénéficiant des revenus supérieurs à 6000 et 8000 € retrouveraient la totalité des allocations familiales et que l’avantage fiscal serait également maintenus pour ceux qui convertissent leurs revenus professionnels en dividendes !

Pour l’anecdote, les médecins retraités qui exercent en zone rurale bénéficieraient d’une exonération de cotisation vieillesse bien qu’ils cumulent ce revenu avec leur retraite…

On attend avec impatience de savoir ce qu’ils feront du projet de Loi de finances pour confirmer un avant-goût amer !

Éric ALAUZET Député du Doubs