Éric Alauzet : Pourquoi j’ai voté la confiance au gouvernement.

306 votes pour, 239 contre et 26 abstentions c’est le résultat du vote après la déclaration de politique générale de Manuel Valls.

Éric Alauzet, député EELV du Doubs, a voté pour la confiance et il dit pourquoi.

« Elus en 2012 par les électeurs de gauche et écologistes pour mettre en œuvre le projet présidentiel de François Hollande, les députés EELV sont membres de la majorité présidentielle et parlementaire. »

« Aussi, depuis deux années, les députés écologistes ont apporté leur soutien au gouvernement  – notamment lors du vote du budget – tout en alertant le gouvernement lorsque les décisions nous semblaient s’éloigner des engagements initiaux. Depuis deux années nous avons soutenus la réforme bancaire, la loi contre la fraude fiscale, les emplois jeunes, la loi d’avenir agricole et bien d’autres encore. Nous avons fait part de nos désaccords ou de nos réserves sur le CICE, la loi sur la sécurisation de l’emploi, la réforme de financement des retraites. »

« Être dans la majorité, ce n’est pas suivre aveuglément les décisions du gouvernement mais discuter, agir et avancer ensemble pour mettre en œuvre les engagements sur lesquels les députés de la majorité ont été élus et entendent assurer leurs responsabilités. »

« Le Premier ministre, Manuel Valls, a engagé ce mardi la confiance du gouvernement suite à son discours de politique générale. Lors de son discours il a annoncé des mesures en faveur des ménages modestes, notamment la baisse des cotisations salariales pour les salaires jusqu’à 1,3 SMIC. Ainsi une personne rémunérée au SMIC verra son revenu augmenté de 500 euros par an. »

« L’essentiel des annonces a porté sur les aides importantes aux entreprises dans un contexte où leurs marges de manœuvre se sont réduites considérablement par rapport aux autres pays occidentaux bénéficiaires d’allégements des prélèvements obligatoires dans leur pays.  Bien entendu, les questions de la rémunération du capital, de l’utilisation réelle de ces nouvelles marges pour innover, investir et créer de l’emploi sont cruciales. »

« Le Chef du gouvernement a également annoncé l’acte III de la décentralisation tant attendu par les écologistes. Ainsi le nombre de région sera réduit de moitié pour le 1er janvier 2017, une nouvelle carte intercommunale fondée sur les bassins de vie entrera en vigueur au 1er janvier 2018 et la clause de compétence générale sera supprimée. Enfin, il a fixé comme objectif la suppression des conseils départementaux d’ici 2021. »

« Autre attente des écologistes, la transition énergétique est l’une de ses priorités, rappelant que cette transition était source d’emplois et représentait une formidable opportunité économique en plus d’une nécessité écologique. Il s’est engagé à réduire de 30% notre consommation d’énergie fossile d’ici à 2030, de 40% nos émissions de gaz à effet de serre et de passer à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité d’ici 2025. »

« Membre de la majorité, j’ai choisi d’apporter mon soutien à ce gouvernement en votant la confiance. Ce vote était pour moi la meilleure manière de pouvoir continuer à travailler et à peser notamment sur la loi de transition énergétique qui sera présentée en juin en conseil des ministres. Ce vote est un vote de vigilance, qui demandera à être confirmée tout au long du travail sur cette transition et les prochaines mesures et lois qui devront être à la hauteur de nos engagements envers les Français, en étant à l’écoute de leur demande de davantage de justice sociale. »