Energies renouvelables : la vérité sur les éoliennes

A quelques mois de la conférence de Paris (COP 21) sur le climat, l’Assemblée Nationale a adopté, en nouvelle lecture le 26 mai dernier, le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte. Ce dernier est actuellement réexaminé en commission au Sénat.

Cette loi est « le symbole d’une avancée supplémentaire en matière de reconnaissance de la nécessité de vivre, consommer et produire en harmonie avec notre environnement ». Sur nos territoires comme ailleurs, la transition énergétique passe, en autre, par des projets d’implantation de parcs éoliens permettant d’intégrer les énergies renouvelables à notre schéma de production et de consommation d’énergie.

A ce titre, la loi prévoit 5 dispositions relatives à l’éolien :

  • Rétablissement de la distance d’éloignement d’une éolienne aux habitations à 500 mètres ;
  • Permet sous certaines conditions l’implantation d’éoliennes dans les communes du littoral, en respectant le littoral et les paysages ;
  • Extension à tout le territoire français du permis unique pour l’installation d’éoliennes ;
  • Délai de recours contentieux contre les énergies renouvelables (dont éolien) ramené à 4 mois (au lieu de 6)
  • Un décret en Conseil d’Etat précise les règles d’implantation des éoliennes par rapport aux installations militaires, radars météo et navigation aérienne.

L’ensemble des acteurs politiques, économiques, associatifs ou de la société civile sont concernés par l’enjeu écologique. En Franche-Comté de nombreux élus se sont positionnés sur ces questions de transition énergétique en étant porteurs de projets d’implantation de parcs éoliens sur notre territoire.

 

Afin de les accompagner dans leur démarche, Éric Alauzet leur a envoyé différentes informations pour les aider à appréhender leurs enjeux, avantages et inconvénients. Il a également entreprit cette opération auprès de différents acteurs locaux tels que la DREAL, la Préfecture, la Chambre du Commerce et de l’Industrie…

Ces informations ont également pour vocation à assister les élus dans les éventuelles réponses qu’ils auront à apporter aux sollicitations, questionnements des riverains et de revoir certaines idées reçues.

 

En effet, sous couvert de la préservation de notre cadre de vie, différents arguments s’échangent et mêlent des préoccupations tout à fait légitimes de riverains d’installations éoliennes et un activisme moins désintéressé de certains lobbies industriels, notamment nucléaires, qui distillent des informations erronées. Les principaux arguments et inconvénients mentionnés sont le bruit, les infrasons, l’aspect visuel, l’impact sur l’écosystème, les interférences ou encore leur intermittence. Ces inconvénients sont repris, détaillés et contrecarrés dans le document ci-joint.

Il convient de répondre aux préoccupations citoyennes tout en évitant de donner prise aux revendications intéressées et autocentrées, parfois inspirées par des choix idéologiques pro-nucléaires bien éloignés des enjeux de la protection réelle des populations.

Les éoliennes font d’autant moins peur quand on les connait et en maitrise les enjeux. Energie propre, basée sur l’utilisation du vent, elle n’émet pas de gaz à effet de serre. Néanmoins, en 2013 elle ne représente que 2,9% de l’énergie produite en France. Loin, très loin des 73,3% issue du nucléaire alors même que la France dispose du deuxième gisement éolien (ressources en vent) d’Europe derrière le Royaume-Uni. Qui plus est, cette opportunité naturelle nous a permis de développer une technologie performante permettant une évolution continue dans la recherche des meilleurs « spots » pour l’implantation des parcs ainsi que dans le perfectionnement des éoliennes elles-mêmes (plus silencieuses, plus puissantes, plus esthétiques…). Enfin, à l’heure où le financement pour la lutte contre le changement climatique apparait à la table des négociations (cf. Rapport Canfin – Grandjean), l’énergie éolienne représente une industrie créatrice d’emplois d’avenir (environ 10 000 emplois dans la filière éolienne française entre la fabrication et l’installation en 2013) et un poumon économique qu’il convient d’affirmer en l’inscrivant durablement et fortement dans notre schéma de production énergétique.

Il en va du futur de notre pays comme de celui de notre planète : si nous ne prenons pas des engagements pour réduire notre consommation d’énergie fossile à l’avenir, nous mettons en péril notre survie à long terme, et notre économie à court terme. Il est plus qu’urgent que les énergies renouvelables se développent davantage en France, afin de nous dégager de notre dépendance et aux énergies fossiles et à l’énergie nucléaire.

 

A l’approche de la grande conférence pour le Climat de Paris (COP 21) qui aura lieu en décembre 2015, nous nous devons d’être à la hauteur de l’enjeu.

 

Informations sur les éoliennes.pdf