Ecotaxe : Eric Alauzet : « il ne faut pas renoncer, il faut aménager ».

Eric Alauzet était à nouveau ce mardi invité de l’émission « les décodeurs de l’éco » sur BFM Business. Après le nucléaire, c’était au tour du sujet de l’écotaxe, suspendue le même jour par le gouvernement, d’être le thème des débats.

Plutot dans l’après-midi l’AFP reprenait ses premières déclarations sur le sujet et la question du maintien ou du retrait des écologistes au gouvernement.

Retrouvez l’article actualisé au 28 octobre sur l’écotaxe : http://ericalauzet.eelv.fr/ecotaxe-poids-lourds-les-verites/

 

Les Décodeurs de l’Eco

Le thème : « Ecotaxe, EBE, PEA… Quel sera le prochain recul ? »  a été débattu dans « les décodeurs de l’éco » par Fabrice Lundy et ses invités: Olivier Carré, Député UMP du Loiret,  Jean-Marc Germain, député PS des Hauts-de-Seine et Eric Alauzet, député EELV du Doubs, sur BFM Business. Tous les soirs du lundi au jeudi, Fabrice Lundy et les meilleurs spécialistes débattent de la question éco du jour sur BFMBusiness, première chaîne d’informations économiques en France.

Eric Alauzet est revenu sur la présence des écologistes au gouvernement et dans la majorité : « Cela fait 25 ans que je fais de la politique, 25 ans que j’ai des difficultés à faire valoir mes idées, j’ai appris la patience, la ténacité… on se restera et on se battra jusqu’au bout et y aura des circonstances plus favorables » (…) Il faut être aux « manettes » si on veut faire quelque chose ; c’est pas parce qu’on a des empèchements, qu’on a des frustrations qu’il faut quitter le navire, nos électeurs : ils attendent que l’on soit là, qu’on se batte, qu’on fasse valoir nos idées même si on perd parfois ».

Sur la question de l’écotaxe, il a rappelé que le problème c’était « le transit des camions venant de l’Eupe d’Est en Ouest, du Nord au Sud » prenant exemple des camions passant par l’Alsace et la Franche-Comté pour éviter l’écotaxe en Allemagne et en Suisse.

Il a repris les termes de la « suspension » du Premier Ministre de l’écotaxe, à savoir qu’il s’agit d' »un dispositif utile pour financer les infrastructures » et qu' »il ne faut pas renoncer, il faut aménager  » (…) comme par exemple préserver « l’économie locale en mettant une distance locale minimale avant d’appliquer la taxe ».

BXw8RmNCYAAo1_I

Retrouvez l’émission en trois parties :

Intervention à 10′ : http://www.bfmtv.com/video/bfmbusiness/decodeurs-leco/ecotaxe-ebe-pea-sera-prochain-recul-decodeurs-leco-29-10-1-5-155576/

Intervention à 7′ : http://www.bfmtv.com/video/bfmbusiness/decodeurs-leco/ecotaxe-ebe-pea-sera-prochain-recul-decodeurs-leco-29-10-2-5-155578/

Intervention à 1’30 : http://www.bfmtv.com/video/bfmbusiness/decodeurs-leco/ecotaxe-ebe-pea-sera-prochain-recul-decodeurs-leco-29-10-3-5-155580/

 

La dépêche AFP
Durand (EELV): la suspension de l’écotaxe ne résoudra « en rien » la crise bretonne – Lead
29/10/2013 16h18 – GOUVERNEMENT-ENVIRONNEMENT-PARTIS-FISCALITÉ-AGROALIMENTAIRE – Monde (FRS) – AFP

PARIS, 29 octobre 2013 (AFP) – Pascal Durand, secrétaire national d’Europe Ecologie-Les Verts, a estimé mardi que la suspension de l’écotaxe ne résoudrait » en rien la crise en Bretagne, la co-présidente des députés écologistes Barbara Pompili insistant au même moment sur la volonté d’EELV de rester « partenaire » du gouvernement.

« Une chose est certaine: l’ajournement ne va résoudre en rien les problèmes que rencontre la Bretagne, il y a une instrumentalisation », a déclaré à l’AFP M. Durand à l’issue d’un déjeuner avec Jean-Marc Ayrault et des membres de la majorité.

La suspension de l’écotaxe sur l’ensemble du territoire, « ça ne va en rien servir l’intérêt général, ni l’intérêt de la Bretagne », a-t-il martelé, regrettant une « instrumentalisation » de cette question.

L’écotaxe, qui devait entrer en vigueur le 1er janvier 2014, n’est selon lui qu' »un élément accessoire d’une crise réelle ». « La FNSEA va être responsable du retard pris » dans la mise en oeuvre de cette écotaxe, a-t-il fait regretté, sans énoncer de critiques à l’égard du gouvernement.

« Nous sommes partenaires du gouvernement. Nous voulons faire notre travail de partenaire, c’est-à-dire essayer de pousser pour que les choses s’arrangent et qu’on puisse avancer dans des directions un peu plus claires que maintenant », a de son côté déclaré Barbara Pompili, coprésidente du groupe EELV à l’Assemblée, sur France 3 avant les questions au gouvernement à l’Assemblée nationale.

« On pourrait faire comme les rats et quitter le navire quand ça ne va pas. On est tous dans le même bateau et il faut qu’on oeuvre pour que ça s’arrange pour ce pays, pour les gens », a-t-elle dit.

« Ca ne me choque pas » et « qu’on ne me parle pas de retrait du gouvernement« , a renchéri Eric Alauzet, député EELV du Doubs, dans les couloirs de l’Assemblée.

« Je constate que c’est une suspension, et que dans cette période trouble, voire de violences, il faut dire à un moment donné +stop, on remet tout sur la table+ », a-t-il ajouté.

Est-ce une nouvelle couleuvre à avaler pour EELV ? « Cela fait 25 ans que je fais de la politique, des couleuvres, j’en ai avalé toute ma vie, tous les élus avalent des couleuvres, ce qui compte c’est d’être tenace sur les valeurs. Je suis déterminé à rester jusqu’au bout, qu’on ne me parle pas de démission ou de retrait du gouvernement », a-t-il répondu.

Le coprésident du groupe EELV à l’Assemblée, François de Rugy, a, lui, dit attendre « concrètement le calendrier et la méthode pour les aménagements » de cette écotaxe.

mat-kap-vdr/jba/fm

afp_nbp

© 1994-2013 Agence France-Presse