E.ALAUZET sur France Bleu : 49.3 : Aveu de faiblesse ou France impossible à réformer ?

Éric ALAUZET était l’invité ce jeudi matin du Forum de France Bleu de Besançon sur le thème du débat : « Aveu de faiblesse ou France impossible à réformer ? » à propos de l’utilisation par le gouvernement du 49.3 pour faire adopté en première lecture le projet de loi pour la croissance et l’activité d’Emmanuel Macron, Ministre de l’économie.

 

Pour le député du Doubs, concernant le 49.3, il n’y avait pas le choix  « car la chute du gouvernement aurait eu comme conséquence sans doute un changement du gouvernement voire une dissolution de l’Assemblée nationale » qui aurait « amplifié le désordre dans notre pays ».

Il n’existe pas aujourd’hui de « solution alternative » et une « crise institutionnelle se serait ajouté à la crise sociale et économique du pays qui est la vraie crise du pays à laquelle il faut répondre ».

 

En ce qui concerne le projet de loi,  le texte était trop large et l’on pouvait trouver « autant de satisfactions que de mécontentements » et il existe « des de divergences économiques qui ont fait basculer des députés hésitants ». « On est tous hésitants, personne ne peut prétend avoir LA solution et nous sommes tous très affectés de voir toutes ces personnes sans emploi, ces entreprises en difficulté et de ce point de vue là on est hésitant ».

 

« Sur le vote, je me serais abstenu pour ne pas ajouter la division à la division. Il faut éviter les excès dans les jugements d’un côté comme de l’autre ».

« Il y a dans ce projet de loi de « bonnes choses » : la régulation des « retraites chapeau », des mesures pour favoriser l’emploi des jeunes (mobilités, accès à des professions,…),  une carte professionnelle pour les artisans / concurrence de travailleurs détachés, etc. ».

Quant à l’élargissement des périodes d’ouvertures le dimanche, un article parmi les 110 articles(!), le député est assez partagé. L’article a évolué : pas d’ouverture le dimanche sans accord de la branche professionnelle et la responsabilité d’autorisation est renvoyée au maire ou à l’agglomération. Et il y a eu désaccord chez les députés sur la question de la compensation salariale. Par ailleurs sur Besançon, par exemple il voit « assez mal de dimanches supplémentaires pour l’ouverture de commerces ».

« J’évite toujours les excès. Il faut faire front et voir ce qui fait sens et rassembler. Je regrette ce qui s’est passé et je me serais abstenu sur le vote s’il avait eu lieu ».

 

A la question de la journaliste, Éric Alauzet est d’accord sur la qualification d’ «avis de faiblesse du gouvernement» : « oui sans doute mais surtout frustrant pour les parlementaires.

« Mais il peut toujours gouverner car pas il n’y a pas de texte économiques. Face au conservatisme et  l’immobilisme il faut réformer mais il faut comprendre que les gens ont peur ».

« A nous de faire de la pédagogie, de ne pas manquer de courage et pas être excessif dans l’opposition ».

« Oui, il faut et faudra du courage pour changer le pays mais en protégeant les plus modestes, car ce sont eux qui trinquent le plus ».

 

L’émission :

http://www.francebleu.fr/infos/le-forum-des-auditeurs-et-l-invite/le-forum-279