Célébration du 70e anniversaire du droit de vote des femmes

C’est l’ordonnance du 21 avril 1944 qui a donné aux femmes le droit de vote et d’éligibilité.

Il s’agissait alors d’une avancée majeure pour le droit des femmes en France. C’est cet événement historique qu’Anne Hidalgo, maire de Paris, et Najat Vallaud-Belkacem, Ministre des Droits des Femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, ont célébré ce mercredi. Le Président de la République, François Hollande, y a accueilli plusieurs femmes maires récemment élues.

70 ans après, la ministre a également lancé également un site gouvernemental dédié à la parité en politique : http://www.parite.femmes.gouv.fr/

 

Un portail de la parité en politique.

Un long chemin a été parcouru depuis l’accès des femmes à la citoyenneté en 1944 jusqu’à l’apparition de la Parité dans notre Constitution en 1999 en matière d’avancées politiques pour les droits des femmes.

Les élections municipales de 2014 ont permis à plus de 100.000 femmes élues de siéger au sein des Conseils municipaux. Pourtant, les femmes demeurent sous-représentées dans les scrutins électoraux et l’exercice des fonctions électives. 70 ans après le droit de vote et d’éligibilité des femmes, 15 ans après l’engagement fondateur de la France en faveur de la parité, le bilan reste maussade.

Inscrire la parité comme un principe de la vie politique mais aussi de la vie économique, et sociale est le défi de notre société. Afin que les acteurs privilégiés de la vie locale puissent faire progresser la parité, ce site permet aux femmes élues de pouvoir trouver des réponses à leurs questions en matière de parité dans la ville.

A destination principalement des élu(e)s de la vie locale, ce site fournit des repères aussi bien historiques que juridiques sur les questions de parité. A vocation participative, vous trouverez très prochainement un forum dédié aux femmes maires, leur permettant de pouvoir échanger sur les questions de parité au sein de leurs communes.

 

Le Gouvernement engagé dans le combat pour la parité

Depuis l’élection de François Hollande, le 6 mai 2012, de nombreuses mesures ont été prises afin de parvenir à la parité et de montrer l’exemple :

  • Des gouvernements paritaires : qu’il s’agisse des gouvernements de Jean-Marc Ayrault ou du gouvernement composé par Manuel Valls, c’est la première fois dans l’histoire de la République que les femmes sont aussi nombreuses que les hommes à la tête de ministères.
  • La loi du 17 mai 2013 relative à l’élection des conseillers départementaux, municipaux et communautaires.
  • La loi sur le non cumul des mandats qui favorisera le renouvellement des élus.
  • Le projet de loi sur l’égalité femmes-hommes actuellement en discussion au Parlement.

 

70 ans de droit de vote et d’éligibilité pour les femmes

Le 21 avril 1944, une ordonnance autorisait pour la première fois les femmes à voter et à se  présenter aux élections.

Les Françaises votent pour la première fois le 29 avril 1945, à l’occasion des élections municipales puis, quelques mois après, le 21 octobre 1945 elles participent au scrutin national.
L’ordonnance du 21 avril 1944 prise par le gouvernement provisoire du général de Gaulle à Alger stipule que « les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes ». Deux ans et demi plus tard, le préambule de la constitution du 27 octobre 1946 inscrit ce principe dans les principes fondamentaux de la République : « la loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme ».

Alors que la France avait été l’un des premiers pays à instaurer le suffrage universel masculin, il faudra un long processus pour que ce droit soit étendu aux femmes.
Le droit de vote fut dans un premier temps réservé aux propriétaires de sexe masculin. Les femmes en furent exclues car, estimait-on, leur dépendance économique les empêchait d’exercer un choix libre. Ainsi, sous l’Ancien régime, seules les veuves dotées d’un fief et les mères abbesses pouvaient élire leurs représentants aux États généraux.

À la Révolution, les femmes étant considérées comme « citoyens passifs » et malgré l’appel de Condorcet, elles furent exclues du droit de vote. Exclusion maintenue par la Constitution de 1791. Le code civil de 1804 leur donnait certes des droits civils mais leur refusait la citoyenneté politique.
Au XIXe et au début du XXe siècle, les arguments avancés changent : les devoirs de mère et d’épouse seraient incompatibles avec l’exercice du droit de vote mais, surtout, dans un contexte d’hostilité entre les partisans d’une République laïque et l’église catholique, les femmes sont jugées sous influence cléricale et immatures politiquement.

De la « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » d’Olympe de Gouges (1791) aux actions des « suffragettes » et aux organisations telles la ligue française pour le droit des femmes (1882) et l’Union française pour le droit des femmes (1905), des femmes lutteront pour obtenir le droit de vote, étape majeure sur le chemin de la parité et de l’égalité avec les hommes.

Vidéo : les images de 70 ans des Droits des femmes