Avenir des services publics : Eric Alauzet : « Il en va non seulement de la justice territoriale, de l’aménagement du territoire, de la confiance réciproque mais aussi de la dynamique à créer dans la nouvelle Région »

Eric Alauzet a souhaité réagir par la voie d’un communiqué de presse à l’annonce du transfert de la plateforme industrielle postale de Besançon et plus généralement sur la question des établissements et organismes parapublics dans le cadre de réorganisation régionale des services de l’Etat.

 

Communiqué de presse

Le transfert de la plateforme industrielle postale de Besançon à Dijon n’est pas une bonne nouvelle, ni pour les agents, ni pour le service aux usagers, ni pour la Ville et le territoire.

Aussi Éric Alauzet a tenu à  évoquer ce problème à plusieurs reprises et de manière constante depuis plusieurs mois : au siège de la Poste à Paris lors d’une rencontre avec  Philippe Whal, Président du Groupe La Poste ; ensuite  à la Préfecture de Besançon, en présence des Préfets Fratacci de Franche-Comté et Delzant de Bourgogne ; puis toujours en Préfecture, au début de ce mois, avec le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, lors de la réunion des élus locaux consacrée à la fusion des Régions.

Il a notamment regretté que les dossiers de regroupements interrégionaux – dont le mouvement est bien antérieur à la fusion des Régions – soient traités les uns après les autres, sans lien et le plus souvent, voire systématiquement, au détriment de Besançon et de la Franche-Comté.

Cela n’est plus possible ni acceptable et la fusion des Régions doit être l’occasion d’une approche renouvelée, plus moderne, plus globale et plus prospective de ces réflexions alors qu’au même moment la rumeur concernant le départ de l’ensemble des services de l’INSEE en Bourgogne est venue encore accroître ce sentiment de « sens unique » (sans aucune validation ministérielle).

La réponse au député de la ministre de la réforme de l’état, Marylise Lebranchu à sa question « sur la répartition spatiale des grandes directions des administrations et des services publics » dans le cadre des fusions de régions, avait déjà donné un cadre global à leur réorganisation et le cas échéant à leur  relocalisation (Cf communiqué de presse du 1er juin 2015).

Donc, la réflexion concernant les directions des services de l’Etat, de celles de la future grande Région, mais aussi des opérateurs de l’Etat (ADEME, Pôle emploi, ONEMA,  BRGGM, etc.), comme des organismes parapublics (EDF, SNCF, Poste…), ou encore des Tribunaux doit désormais être menée manière globale et équilibrée. Il en va non seulement de la justice territoriale, de l’aménagement du territoire, de la confiance réciproque mais aussi de la dynamique à créer dans la nouvelle Région. L’enjeu est de faire en sorte que un plus un ne fasse pas moins mais plus que deux !

Concernant spécifiquement la Poste à Besançon, le député du Doubs a également rencontré les représentants syndicaux et la direction régionale de la Poste en Franche-Comté. « Tout doit être fait pour assurer un avenir acceptable à chacun des agents de la Poste mais aussi pour limiter au maximum les pertes de postes et d’emploi sur Besançon. Quelques pistes ont été évoquées dans ce sens avec les responsables locaux ».

A quelques jours de la remise de copie du Préfet préfigurateur de sa proposition de réorganisation territoriale de l’Etat en Grande Région Franche-Comté Bourgogne, « il ne saurait être oublié les établissements et organismes parapublics dans l’équilibre territorial ».