Au Conseil Général : Eric Alauzet répond à l’opposition

Lors du débat d’orientations budgétaires au Conseil général du Doubs lundi 21 octobre, Eric Alauzet est intervenu suite aux propos de Jean François Longeot pour apporter un certain nombre de précisions

Il a d’abord reconnu le caractère modéré des propos du leader de l’opposition qui sait qu’il faut être prudent après la gestion de ses amis politiques entre 2002 et 2012 et au cas où un jour la droite reviendrait au pouvoir.

Concernant les nouvelles dépenses engagées par l’Etat en faveur des plus démunis ou des familles critiquées par Jean François Longeot : l’augmentation du RSA est de 2%, soit environ dix euros par mois pour chacun des deux millions allocataires ; elles sont à mettre en regard des sommes du même ordre que doit rapporter la taxe exceptionnelle qui porte sur la part des salaires qui  dépasse un million d’Euros par an. Par ailleurs, l’Etat met deux cent cinquante millions d’Euros à disposition des communes et au bénéfice des familles pour financer les actions péri éducatives liées à la réforme des rythmes scolaires et a engagé avec la CNAF un financement complémentaire et pluri-annuel du même montant.

Alors que Jean François Longeot a plaidé pour des investissements plus importants, ce que souhaitent évidemment l’ensemble des élus de l’assemblée, Eric Alauzet a tenu à rappeler que la dette colossale accumulée par le précédent Gouvernement résultait en partie de l’important plan de relance des investissements lancé par le Gouvernement Fillon dans les suites de la crise de 2008.

Enfin, Eric Alauzet a tenu à rappeler que si ce Gouvernement est contraint de réduire ses dotations aux collectivités locales de 1,5 milliard cette année – soit 3% du total -, le programme concurrent de l’UMP proposait de le faire à hauteur de deux milliards d’Euros.