Une politique agricole européenne à renouveler

Lors de l’inauguration du salon de l’agriculture le 23 février, le président de la République a appelé les pays européens à l’unité, pour faire face aux autres puissances agricoles que sont les Etats-Unis, la Chine, la Russie. A la division au sein même des pays de l’UE, préférons la coopération qui passe par la création de filières européennes de production. 


Et en effet, Il faut que l’Europe s’unisse autour d’une politique agricole commune réinventée pour: 

Retrouver sa souveraineté alimentaire, alors qu'aujourd’hui 70% du bétail européen est nourri par du soja OGM importé. A l’évidence, le risque pour notre agriculture n’est pas la concurrence des autres pays européens mais bien notre dépendance à l’égard d’autres puissances.

Préserver une agriculture de qualité, en adoptant une stratégie de segmentation et de diversification, et en évitant la compétition mortifère sur le prix le plus bas.

Aller plus loin dans la transition écologique en consacrant une part significative de la PAC à l'environnement, par exemple pour rémunérer les services environnementaux rendus par les agriculteurs (pour lutter contre l’érosion des sols, entretenir les forêts, stocker le carbone…) et en sortant du glyphosate le plus rapidement possible, sous 3 ans. 

Mieux protéger les agriculteurs face aux aléas climatiques et aux risques du marché (comme une chute soudaine des prix), et les consommateurs, en refusant que les produits importés dérogent à nos normes, et en réformant l’Autorité européenne de sécurité des aliments.