Loi Climat : les amendements d'Eric Alauzet

Lundi 29 mars 2021 a débuté l'examen en séance publique du Projet de loi Climat et Résilience. Fort d'une conviction et d'un engagement écologiste depuis plus de 30 ans, Eric Alauzet est particulièrement impliqué sur ce texte de loi. Aussi, après avoir été co-animateur du groupe de travail sur le Titre I "consommer", il a souhaité déposé des amendements sur différents sujets (cliquer ici pour consulter la liste).

Présent à l'Assemblée nationale, il a d'abord défendu un amendement souhaitant Initier et former dès le plus jeune âge les enfants aux questions relatives à l’environnement et au développement durable. Ceci est l’assurance non seulement de créer des générations de citoyens respectueux et impliqués par ces questions, mais c’est également permettre d’apporter ces enjeux au sein des foyers. Au même titre que les enseignements historiques, l’éducation à l’environnement et au développement durable doit devenir un pilier de l’enseignement. Malheureusement, cet amendement a été rejeté.

 
 


Une de ses collègues députée a quant à elle défendu un amendement d'Eric Alauzet concernant l'impact des énergies fossiles sur l'environnement, l'un des grands problèmes de notre société. De fait, l'extraction, la transformation, le transport et la combustion du pétrole, du charbon et du gaz entrainent tous l’émission de très grandes quantités de CO2 et autres gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Aussi, l'amendement voulait montrer l'anachronisme total à créer et diffuser des campagnes de publicité pour ce type d’énergie. Il a, lui aussi, été rejeté.

En revanche, un amendement du groupe parlementaire LREM et pour lequel Eric Alauzet était le premier cosignataire, a lui été adopté. Il vise à rendre obligatoire l’affichage de l’impact environnemental des biens ou des services dans les publicités en faveur de ces biens et services.

 
 


Egalement adopté, l'amendement d'Eric Alauzet qui vise à exclure de l'expérimentation du "Oui Pub" les échantillons de presse. En effet, ceux-ci constituent, pour les acteurs de la filière, un levier de publicité important. Ils permettent d'inciter les consommateurs à souscrire à un abonnement. Abonnements qui représentent un des piliers du modèle économique du secteur. 

 
 



Rappel - Les principales mesures de la loi Climat et Résilience


Se loger - Rénover les bâtiments et réduire la consommation d’énergie
- Rénovation thermique des bâtiments
- Fin des chaudières au fioul et à charbon d’ici 2030
- Simplification des procédures de reprise et de réhabilitation des friches
Se déplacer - Promouvoir les mobilités douces et réduire les émissions du transport routier
- Réduction de la vitesse à 110 km/h maximum sur les autoroutes
- Interdiction de la construction de nouveaux aéroports
- Accélération du développement des pistes cyclables
- Interdiction en 2025 de la commercialisation de véhicules neufs très émetteurs
Se nourrir - Soutenir une alimentation saine et durable peu émettrice de gaz à effet de serre
- Renégociation du CETA au niveau européen pour y intégrer les objectifs climatiques de l’Accord de Paris
- Diminution de 50% d’ici 2025 de l’usage des produits phytopharmaceutiques
- Mise en place d’une prime à l’investissement pour les établissements de restauration collective afin d’atteindre les objectifs de la loi Egalim(cf. courrier-type)
Consommer - Informer, former, réguler la publicité et développer le vrac
- Mise en place d’un «score carbone» sur tous les produits de consommation
- Généralisation de l’éducation à l’environnement durable
- Interdiction de la publicité des produits les plus émetteurs de GES
- Développement d’un système de consigne de verre
Produire et travailler - Verdir l’économie et adapter l’emploi à la transition écologique
- Obligation de proposer une solution de réparation des produits manufacturés
- Mise en place d’un ajustement carbone aux frontières de l’UE
- Contribution des entreprises (distribuant + de 10M€ de dividendes/an) à un effort de financement de la transition écologique à hauteur de 4% des dividendes