Lancement du Beauvau de la sécurité

Annoncé en fin d’année par le Président de la République, le Beauvau de la sécurité a été officiellement lancé le 1er février par le Premier ministre avec pour objectif de répondre aux problèmes structurels auxquels sont confrontés les forces de l’ordre et conforter leurs conditions d’intervention.


Depuis le début du mandat, un certains nombre de mesures ont dores et déjà été mises en place : 

  • la création de 10 000 postes supplémentaires de policiers et de gendarmes ;

  • l’augmentation du salaire des forces de l’ordre et le paiement de millions d’heures supplémentaires ;

  • la création d’ici 2022 de 62 quartiers de reconquête républicaine, dont 7 nouveaux ont été annoncés vendredi dernier ;

  • un investissement d’1 milliard d’euros pour la rénovation des commissariats et des brigades de gendarmerie prévu dans France Relance ;

  • le renouvellement massif du parc automobile de la police et de la gendarmerie ;

  • le renforcement des moyens d’intervention pour lutter contre la menace terroriste.

 

L'objectif du Gouvernement est d'accélérer la transformation engagée depuis 3 ans en adaptant l’action des forces de sécurité aux évolutions et aux nouveaux défis de la société ; en renforçant toujours et encore leur protection et en confortant leur légitimité.

 

Une large concertation territorialisée pour bâtir la future loi d’orientation et de programmation de la sécurité intérieure

Au-delà des questions qui seront au cœur du Beauvau de la sécurité, son originalité réside dans son ampleur, son ambition et dans la méthode retenue :

  • tous les quinze jours, jusqu’à la fin du mois de mai, des tables rondes autour de 8 thématiques seront organisées à Beauvau, associant des forces vives du ministère, des parlementaires et élus de tous bords et des personnalités qualifiées ;

  • ces travaux seront enrichis chaque semaine par des déplacements du ministre de l’Intérieur sur le terrain au contact des forces de l’ordre et des élus locaux.


Le travail se fera autour de trois axes principaux : 

  • améliorer le cadre d’action et les moyens d’intervention des forces de l’ordre ;

  • explorer les champs de la coopération de sécurité

  • renforcer la relation de confiance entre les forces de l'ordre et la population.

 

Les conclusions de ces échanges seront les fondements d’une future loi d’orientation et de programmation de la sécurité intérieure prévue à l’horizon 2022.