Lancement d'un plan d’accélération de la transition écologique des TPE-PME

Elisabeth Borne, Ministre de la Transition écologique et solidaire, a lancé vendredi 5 juin, avec Bpifrance et l’ADEME, un plan global d’accélération de la transition écologique des TPE-PME. Ce plan contient 10 mesures, du diagnostic au financement des changements.

Une relance durable passe par la transition écologique et le ministère insiste sur l’opportunité qu’elle représente pour les entreprises. Le plan a donc pour ambition de renforcer les leviers pour stimuler et encourager la transition vers une économie bas carbone.

Il existe en France 3,67 millions de TPE et de PME : elles représentent 99,7 % des entreprises françaises. Plus de moitié n’a aucun salarié, mais on dénombre aussi 140 000 PME, 5 800 entreprises de taille intermédiaire et 274 grandes entreprises. Les TPE et les PME produisent cependant un tiers du chiffre d’affaires total des entreprises françaises.

La transition écologique par des diagnostics…

Parmi les 10 mesures proposées par le plan d’accélération de la transition écologique des TPE et PME, deux concernent le diagnostic et la suggestion d’actions. Le plan annonce notamment la mise en ligne d’un outil gratuit d’autodiagnostic, le « Climatomètre » qui permet de recevoir des recommandations personnalisées et donne l’accès à des ressources supplémentaires.

L’autre consiste dans le lancement d’un dispositif « Diag Eco-Flux ». Il met à la disposition des petites entreprises l’expertise de bureaux d’études experts en optimisation des flux (énergie, eau, matières et déchets) à un tarif avantageux, en fonction de la taille de l’entreprise.

… mais aussi par des prêts

Deux autres concernent des aides financières sous forme de prêts. Le « prêt vert » mis en œuvre par l’ADEME et Bpifrance permettra de financer les actions préconisées par le diagnostic précédent, ou d’autres projets. Il peut se monter à un million d’euros et s’étaler sur une durée de 10 ans. Ce prêt a pour ambition d’accompagner la réalisation de plusieurs centaines de projets pour un montant total de 100 millions d’euros.

Le « prêt Economies d’Energie » s’adressent aux entreprises qui souhaitent améliorer leur efficacité énergétique. Il peut aller jusqu’à 500 000 euros sur une durée de 3 à 7 ans. Il devrait accompagner vers la transition énergétique près d’un millier d’entreprises pour un volume total de 137,5 millions.

Parmi les autres mesures du plan d’accélération de la transition écologique des TPE et PME, l’une porte sur le lancement d’une initiative d’entrepreneurs engagés pour le climat. Elle vise à réunir des ambassadeurs de PME engagées dans la transition énergétique et à faciliter les échanges avec des réseaux d’investisseurs.

Les autres mesures de soutien

Une autre consiste dans le déploiement d’un « accélérateur de transition ». Il vise à accompagner les entreprises de tous les secteurs dans la conduite de projets de transition bas carbone. Il les familiarisera avec la méthodologie ACT (Assessing low Carbon Transition), développée pour évaluer les stratégies climat des entreprises. De plus, 2021 verra le déploiement d’une deuxième promotion de l’Accélérateur de Transition Énergétique, après la première, lancée en octobre 2019.

Un nouvel appel à projets sur l’intégration des matières plastiques recyclées est de plus annoncé dans ce plan. Il comprend une enveloppe de 15 à 30 millions d’euros. Il vise à soutenir l’intégration de ces matériaux recyclés afin d’atteindre l’objectif de 100 % de recyclage plastique d’ici 2025.

Le plan d’accélération de la transition écologique des TPE et PME prévoit par ailleurs la mobilisation des étudiants et jeunes diplômés pour accompagner les PME. Il vise à les aider à recruter des jeunes talents qualifiés et à permettre aux jeunes diplômés d’y pendre des responsabilités. Il prévoit enfin la promotion du dispositif « entreprises engagées pour la nature/Act4 Nature France », piloté par l’Office français de la biodiversité.

Ce plan s’ajoute à différents programmes mis en œuvre dans le cadre du dispositif des CEE pour accélérer la transition écologique de certains secteurs, comme celui de la logistique et des transports (EVE : Engagement Volontaire pour l’Environnement) ou celui des aéroports (EASEE : Engagement des Aéroports pour la Sobriété Energétique et l’Environnement), auxquels participe Eco CO2.