Hydrogène : la France détaille son plan à 7 milliards d’euros

La relance est l’occasion pour la France de se positionner à la pointe des technologies de rupture qui seront au cœur du monde de demain. L’hydrogène décarboné est l’une d’entre elles.

La France a la conviction que l’hydrogène décarboné sera l’une des grandes révolutions de notre siècle : pour la décarbonation du secteur industriel, pour développer et déployer des solutions de mobilité sans émission, pour stocker l’énergie et apporter des réponses complémentaires à l’intermittence des énergies renouvelables. C’est pourquoi notre pays a été l’une des premières nations à déployer un plan hydrogène en 2018. Ces trois dernières années, le soutien apporté par l’Etat à la filière a été important :

- Le Programme d’investissements d’avenir (PIA) a mobilisé plus de 100 M€ en soutenant la mise en œuvre de démonstrateurs et la prise de participation dans des entreprises à fort potentiel ;

- L’Agence nationale de la recherche (ANR) a soutenu la recherche publique en mobilisant plus de 110 M€ sur les 10 dernières années ;

- Bpifrance a accompagné de nombreuses startup ou PME dans leurs projets d’innovation et de développement technologiques ;

- L’Ademe a soutenu le déploiement de la mobilité hydrogène en apportant 80 M€ ;

- La Banque des Territoires s’est également positionnée en soutenant des projets de déploiements portés par des collectivités.

Cette stratégie nationale s’inscrit dans une logique européenne. Si nous voulons acquérir et conserver un avantage compétitif, si nous voulons rester au meilleur niveau mondial et devancer les industries américaines et asiatiques sur le long terme, nous devons unir nos forces à l’échelle européenne, en faisant collaborer les chercheurs, en facilitant les coopérations industrielles et en regroupant nos financements.

La stratégie pour le développement de l’hydrogène décarboné constitue un axe prioritaire d’investissement pour la France, compte tenu :

- des enjeux environnementaux : l’hydrogène est pourvoyeur de nombreuses solutions pour décarboner l’industrie et les transports ;

- des enjeux économiques : l’hydrogène offre l’opportunité de créer une filière et un écosystème industriels créateurs d’emplois;

- des enjeux de souveraineté énergétique : pour réduire notre dépendance vis-à-vis des importations d’hydrocarbures ;

- des enjeux d’indépendance technologique : pour valoriser les atouts dont dispose la France dans la compétition mondiale ;

L’Etat doit donc intervenir sur ces développements à forte intensité technologique pour partager les risques liés à l’innovation de rupture.

Dotée d’une enveloppe significative de 2 milliards d’euros dans le cadre du plan de relance, la stratégie pour le développement de l’hydrogène décarboné s’étend au-delà de la période 2020-2022 et fixe une trajectoire qui court jusqu’en 2030 avec au total 7 milliards d’euros de soutien public. Cette stratégie nationale bénéficiera aux offres industrielles de solutions hydrogène produites sur le territoire français.

Le soutien de l’État porte à la fois sur l’offre et la demande, et accompagne de manière séquentielle et progressive toutes les étapes clés de l’émergence de l’offre :

- le soutien à la R&D permettant de développer des technologies plus performantes pour l’ensemble des usages de l’hydrogène;

- le soutien aux premières commerciales et à l’industrialisation qui combine une approche européenne (partenariats avec des pays partenaires pour développer des projets d’envergure) et nationale ;

- le soutien au déploiement à travers la mise en place de mécanismes de soutien.

Synchroniser le soutien à l’offre et à la demande permettra d’assurer notre souveraineté sur les principales technologies.

Le Gouvernement a retenu 3 priorités d’intervention, qui correspondent aux principaux marchés de l’hydrogène et qui permettent d’ancrer leur développement sur notre territoire dans une dynamique durable et pérenne, afin que cette stratégie française contribue pleinement à l’objectif de neutralité carbone en 2050 :

- Décarboner l’industrie en faisant émerger une filière française de l’électrolyse ;

- Développer une mobilité lourde à l’hydrogène décarboné ;

- Soutenir la recherche, l’innovation et le développement de compétences afin de favoriser les usages de demain.