Haut-Karabagh : une situation préoccupante

Le conflit opposant l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans le Haut Karabagh est préoccupant, et ce à plus d’un titre. Après plusieurs mois de montée en puissance de tensions et de revendications territoriales des deux parties, accentuée par des manœuvres militaires le long de la frontière, les combats ont éclaté le 27 septembre 2020.

Comme l’a justement rappelé Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères, la France doit garder un devoir de réserve ainsi qu’une totale impartialité, induite par son statut de médiateur et du mandat confié par l’OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) en 1994 avec les USA et la Russie dans le cadre du groupe de Minsk (Groupe créé en 1992 chargé d’arbitrer, déjà, le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan).

De fait, toute tentative visant à reconnaître la République d’Artsakh remettrait en cause la position diplomatique française dans ce conflit, et viendrait déstabiliser une région déjà en proie au chaos. La guerre est en effet une impasse, et il appartient à la France de participer au rétablissement du dialogue auprès de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan.

Il est toutefois de notre devoir de reconduire toute la solidarité et la fraternité que la France tient à l’égard de l’Arménie. Elle sera toujours aux côtés des arméniens pour défendre les libertés de ce peuple souverain.

Notons que M. Erdogan participe à l’internationalisation du conflit. Le Président de la République n’a cessé d’affirmer sa contrariété à l’égard de la politique de M.Erdogan comme en témoigne son interview récente sur Al-Jazeera du 31 octobre 2020 où il attendait : « que le Président Turc respecte la France, respecte l’Union européenne, respecte ses valeurs, ne dise pas de mensonges et ne profère pas d’insultes ». 

En aucun cas la République ne sera intimidée par des groupuscules radicaux de pavillon étranger comme les Loups Gris, dont le Gouvernement vient d‘ailleurs d’acter la dissolution.

La France se tient aux côtés de la communauté arménienne après l’odieuse profanation du Mémorial du génocide arménien de Décines dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 2020, et réaffirme son soutien inconditionnel aux français d’origine arménienne.