Habitat : des mesures concrètes pour le logement des plus modestes et lutter contre l’habit indigne

Dans le cadre du plan d’investissement volontaire, le Ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien DENORMANDIE, et Action Logement, acteur référent du logement social en France, viennent de lancer trois aides pour soutenir le pouvoir d’achat, favoriser la mobilité et l’accès à l’emploi, et améliorer le cadre de vie des salariés à revenus modestes. D’un montant cumulé de 2,1 milliards d’euros, ces trois dispositifs sont effectifs depuis le 19 septembre. Par ailleurs, le Gouvernement a mis en place un numéro « info logement indigne ».

L’aide à la mobilité 

Elle s’adresse aux salariés qui, en déménageant, rapprochent leur domicile de leur lieu de travail et réduisent ainsi significativement leur temps de transport ou remplacent l’usage de leur véhicule personnel par les transports en commun. Délivrée en une fois, sous critère de ressources, d’un montant de 1 000 €, elle peut être délivrée jusqu’à trois mois après le déménagement.

Action Logement en partenariat avec l’État mobilise une enveloppe de 100 millions d’euros pour ce dispositif. 

L’aide à l’adaptation du logement au vieillissement

Elle concerne les salariés retraités ou en perte d’autonomie, locataires ou propriétaires de leur logement, qui souhaitent faire réaliser des travaux dans leur salle de bain, remplaçant notamment leur baignoire par une douche et permettre ainsi leur maintien à domicile. D’un montant maximal de 

5 000 €, sous critère de ressources, elle couvre l’ensemble des travaux qui doivent être réalisés par un professionnel présentant le label Qualibat.

Action Logement en partenariat avec l’État mobilise une enveloppe de 1 milliard d’euros pour ce dispositif.

L’aide pour les travaux de rénovation énergétique

Elle est destinée aux salariés, locataires ou propriétaires de leur logement qui souhaitent réaliser des travaux d’isolation des murs et des combles, intervenir sur le système de chauffage ou sur les équipements d’eau chaude sanitaire. Le financement, sous critère de ressources ou de localisation géographique (territoires « détendus »), se fait sous la forme d’une subvention pouvant aller jusqu’à 20 000 € et peut être complétée d’un prêt (jusqu’à 30 000 €). Action Logement en partenariat avec l’État mobilise une enveloppe de 1 milliard d’euros pour ce dispositif. 

Les modalités de ces trois mesures sont à découvrir sur www.actionlogement.fr


Un numéro « info logement indigne » : 0806 706 806

Le Gouvernement a fait de la lutte contre l’habitat indigne une de ses priorités. Suite à la loi Elan qui a renforcé la lutte contre l’habitat indigne, il faut désormais aller plus loin et accompagner les français dans leurs démarches. C’est pourquoi le Gouvernement et l’Agence nationale pour l’information sur le logement (l’ANIL) mettent en service un numéro d’appel téléphonique « INFO LOGEMENT INDIGNE ».

Lorsque qu’un locataire, propriétaire ou toute personne ayant connaissance d’une situation relevant de l’indignité compose le numéro unique 0806 706 806, il est mis en relation avec un conseiller de l’Agence départementale d’information sur le logement (l’ADIL) de son département ou la plus proche si son département ne compte pas d’ADIL. Un conseiller explique les démarches à effectuer, en fonction des situations.

En cas d’insalubrité (cumul de désordres avec des problématiques d’humidité par exemple), l’ADIL signale, après accord, la situation à l’Agence régionale de santé (l’ARS), une lettre sera envoyée afin de l’informer de l’orientation du dossier, après validation par les acteurs du Pôle départemental de l’habitat indigne et ce dans un délai de 2 à 3 jours.