Eric Alauzet cosignataire de plusieurs courriers pour aider les secteurs impactés par l'épidémie

Face à la crise sanitaire et économique liée à la pandémie de COVID-19 que nous connaissons actuellement, de nombreux professionnels ont saisi les députés afin de porter à leur connaissance les difficultés qu'ils traversent. Eric Alauzet, très attentifs aux sollicitations locales et nationales, a tenu à interpeller plusieurs ministres sur les problèmes rencontrés par les professionnels.


Sur le secteur horticole et les pépiniéristes 


Les entreprises de ce secteur réalisent en temps normal la majeure partie de leur chiffre d’affaire à la période actuelle, pendant le printemps. Un hasard de calendrier met donc ces entreprises dans une grande difficulté.

Déjà, des aléas climatiques n’ont pas permis une saison 2019 fructueuse, et l’ensemble de la profession comptait beaucoup sur l’année 2020. Les conséquences économiques tant à court qu’à long terme peuvent donc être dévastatrices pour la filière.









































































Sur le secteur hôtelier

Les hôtels, et le secteur du tourisme dans son ensemble, sont violemment impactés par la crise du Covid-19 et les retombées économiques s’annoncent d’ores et déjà de grande ampleur pour la filière.

Un plan spécifique est en préparation au Ministère de l'Économie et des Finances de Bruno Le Maire au bénéfice du secteur de l’hôtellerie, restauration, café et débit de boisson, qui ne va pas rouvrir tout de suite :

  • Allègement, report voire annulation de charges

  • Bonification du Fonds de solidarité de 2 à 5 000 euros notamment pour couvrir les loyers,

  • Plan de déconfinement et de reprise spécifique


D'ores et déjà, des mesures bénéfiques ont été prises pour repousser le paiement des échéances fiscales. Toutefois, les redevances télévisuelles représentent des milliers d’euros pour ces hôtels et, de ce fait, leur acquittement en différé ne sera un soulagement pour leur trésorerie que sur le court terme. Nous vous proposons mes collègues et moi-même, d’annuler  le paiement de ces redevances pour l’année 2020, afin de ne pas compliquer d’autant plus la sortie de crise pour le secteur hôtelier qui sera inévitablement un vecteur essentiel à la reprise de l'activité économique après l'état d'urgence sanitaire.