Adoption de l'inscription de la préservation de l’environnement dans la Constitution

Mardi 16 mars 2021, l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi complétant l’article 1er de la Constitution et relatif à la préservation de l’environnement. Eric Alauzet salue un vote historique pour inscrire la protection de l’environnement et le combat climatique dans notre Constitution. Conformément à l’engagement du Président de la République, cela concrétise la reprise sans filtre, de la proposition des membres de la Convention citoyenne pour le climat.

La proposition de la CCC, reprise dans ce projet de loi constitutionnelle, vise à inscrire, au sein de l’article 1er de la Constitution du 4 octobre 1958, par une disposition unique, le principe selon lequel la France « garantit la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et lutte contre le dérèglement climatique ».

Cette révision de l’article 1 de la Constitution par référendum est une avancée historique. En reprenant l’ambition de la proposition de la Convention citoyenne pour le Climat, les institutions montrent qu'elles sont tout à fait compatibles avec une démocratie plus directe et innovante.

Depuis 2017, l’engagement écologique de la majorité est total. Ce vote répond à l’urgence environnementale et climatique. La volonté sur ce projet de révision de notre Constitution est claire : nous avons besoin dans notre pays de poursuivre le débat sur l’environnement et le climat. Au Sénat désormais de se saisir de ce texte et de permettre aux Français de s’exprimer.

La France sera parmi les premiers pays au monde à intégrer le dérèglement climatique dans sa Constitution. Il s'agit d'un texte équilibré, travaillé par des citoyens, à la portée juridique suffisamment forte pour qu’il ne soit pas qu’un symbole.

Eric Alauzet appelle les sénateurs à voter ce texte pour être à la hauteur du défi de cette génération. La lutte contre le changement climatique mérite mieux que des postures politiciennes.