Les Questions au Premier ministre : le choix de ne pas se défausser

Ce mercredi, les Questions au Gouvernement (QAG) se sont transformées en Questions au Premier ministre. Sur le modèle des « Prime Minister’s Questions » au Royaume-Uni et à la demande de la Présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, le Premier ministre, Gabriel Attal, a répondu, seul, aux questions des députés.

Face au désintérêt croissant des députés et des téléspectateurs pour les traditionnelles QAG, la Présidente de l’Assemblée nationale avait déjà modifié leur fonctionnement à la fin de l’année dernière – en revenant au format qui existait jusqu’en 2019, à savoir deux séances de QAG par semaine (une le mardi, l’autre le mercredi).

Les Questions au Premier ministre, les mercredis – expérimentées depuis le 3 avril et durant cinq semaines – doivent ainsi participer à la redynamisation des QAG. En sachant que lors de la séance du mardi, le Premier ministre délègue encore la réponse à ses ministres.

Et devinez quelle a pu être la réaction des oppositions ? « Déni de démocratie » ont-elles entonné en cœur, qualifiant l’exercice d’« Attal show », certains allant même jusqu’à expliquer qu’ils ne sont pas là pour faire la « propagande du Gouvernement ».

Ironie de la situation, les mêmes, qui adressent leurs critiques au Premier ministre, s’offusquent et manifestent leur désapprobation à son adresse quand il ne répond pas lui-même à leurs questions.

Étiquettes
,


Pin It on Pinterest