Diversité dans la haute administration : ouverture de 74 “Prépas Talents” en septembre

Amélie de Montchalin a dévoilé, le 25 avril, une carte de 74 prépas talents destinées à diversifier les modes de recrutement dans la haute fonction publique dès la rentrée de septembre. Cette annonce fait suite à la décision de remplacer l’Ena par un Institut du Service public. Besançon verra ainsi une de ces prépas ouvrir en septembre prochain (voir carte ci-dessous). Soucieux de ces problématiques, Eric Alauzet avait interpellé la Ministre lors des QAG sur ce sujet (cliquer ici pour la lire).

Elles accueillerons 1 700 élèves qui prépareront les concours aux grandes écoles de la fonction publique. Ces écoles seront au moins deux par région, afin de rapprocher ces cursus d’élèves méritants, boursiers pour beaucoup, mais que leurs origines sociales ou géographiques empêchent d’ambitionner de rejoindre ces carrières.

 

Après l’annonce du remplacement de l’Ena par un Institut du service public, cette annonce constitue le deuxième volet du projet d’Emmanuel Macron de refonder la haute fonction publique, et la sélection de ses élèves.

Avec ce dispositif, il s’agit de tenir l’engagement d’avoir une fonction publique au cœur de la promesse républicaine d’égalité des chances, de diversité sociale et territoriale.

Ces classes seront attachées aux écoles de services publics, aux universités, aux IEP, aux IRA Chaque élève recevra un complément de bourse de 4 000 euros par an.

Les étudiants seront sélectionnés sous conditions de ressources et de mérite, sur la base d’un dossier et d’un entretien tenant compte du parcours du candidat, de ses aptitudes, de sa motivation et de son potentiel. Ils pourront également bénéficier d’un soutien pour le logement ou la restauration.

« Ils seront accompagnés par des tuteurs. Et surtout, la formation sera diplômante ce qui n’est pas le cas aujourd’hui partout. Or, beaucoup hésitent à s’inscrire en classe prépa de peur que cette période devienne une année blanche en cas d’échec aux concours », a expliqué la ministre Amélie de Montchalain.

En outre, une ordonnance du 3 mars ouvre l’expérimentation, jusqu’au 31 décembre 2024, d’un concours externe spécial organisé pour l’accès à l’Ecole nationale d’administration (ENA), l’Institut national d’études territoriales (Inet), l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP), l’Ecole nationale supérieure de la police (ENSP), et l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire (Enap).

Le programme et les épreuves du concours externe spécial sont identiques à ceux du concours externe ou assimilé. Il comprend un nombre de places compris entre 10 % et 15 % de celui offert au concours externe ou assimilé.

Étiquettes


Pin It on Pinterest