Le Président de la République a prononcé un discours sur l’Europe à Dresde (Allemagne) à l’occasion de la Fête de la démocratie

À l’occasion de la Fête de la démocratie organisée par les autorités du Land de Saxe à Dresde, le Président de la République a prononcé un discours sur l’Europe devant la Frauenkirche face à plus de 10 000 personnes.

Premier Président français à se rendre à l’Est de l’Allemagne depuis la réunification à l’occasion d’une visite d’État, le Président de la République a salué la trajectoire de Dresde, ville entièrement détruite durant la Seconde Guerre mondiale, puis reconstruite et aujourd’hui symbole des réussites industrielles et technologiques en Allemagne et en Europe, au sein de la « Silicon Saxony ».

« Je ne parle pas à l’Est de l’Europe, j’en parle en son centre en vous parlant ici à Dresde » a déclaré le Président de la République.

Dans la continuité de son discours prononcé à La Sorbonne le 25 avril 2024, le Président de la République a redit les menaces qui pèsent sur la paix et la sécurité du continent européen, le risque de décrochage dans la compétition mondiale et les atteintes à notre modèle démocratique, libéral et humaniste en Europe.

Il a réaffirmé que l’Europe pouvait mourir et appelé à nous battre pour défendre tout d’abord la paix et la sécurité.

Le Président de la République a ainsi salué le courage du peuple ukrainien qui se bat contre l’agression menée par la Russie sur son territoire et qui constitue la principale menace pour la sécurité du continent européen.

Il a aussi salué l’unité des Européens depuis le début de la guerre et a appelé à soutenir l’Ukraine toujours davantage.

Afin d’assurer la sécurité du continent, il a appelé à penser un cadre commun de sécurité et de défense pour l’Europe, avec l’UE, l’OTAN, la CPE, en le fondant sur une industrie européenne de défense forte et des capacités et équipements communs.

Il a ensuite appelé à défendre la prospérité et la croissance.

Grâce à l’Europe, le Président de la République a rappelé que nous avons créé une Europe de la prospérité, de la culture et de l’éducation, qui dispose du modèle social le plus juste du monde.

Il a plaidé pour ne pas opposer croissance économique et décarbonation, le Green Deal étant le bon niveau de régulation.

Il a déclaré qu’il nous appartenait de bâtir un nouveau paradigme de croissance pour les générations à venir en :

  • investissant dans les technologies vertes et la décarbonation ;
  • simplifiant les règles européennes ;
  • bâtissant une Europe de l’innovation et la recherche, et notamment de l’IA ;
  • instaurant systématiquement la réciprocité et des conditions de concurrence loyale dans les accords commerciaux de l’UE ;
  • créant un choc d’investissement en Europe en doublant la capacité financière de l’Union et en finalisant l’Union des marchés de capitaux pour créer une véritable Union de l’épargne et de l’investissement.

Enfin, il a appelé à défendre la démocratie.

Il a appelé à un réveil pour lutter contre l’extrême droite, « ce vent mauvais qui souffle sur l’Europe » et à défendre notre liberté d’expression, notre liberté académique, la liberté de la presse, l’indépendance de la justice en Europe.

« Ne soyons plus des habitués, soyons des engagés de l’idée européenne et de la démocratie » a-t-il déclaré. Il a jugé nécessaire de bâtir le cadre démocratique des réseaux sociaux et de l’IA pour se protéger de tout type de manipulations, pour nos enfants et pour nos sociétés.

« Le réveil démocratique européen, c’est celui d’un humanisme numérique » a affirmé le Président de la République.

S’adressant aux jeunes présents pour conclure, il a demandé à la jeune génération de construire l’Europe de demain, « une Europe puissante, souveraine et humaniste », en cultivant toujours un réflexe franco-allemand et en faisant le choix de la paix, de l’amitié et de la coopération.

Étiquettes
,


Pin It on Pinterest