Le président de la République s’exprime depuis la Nouvelle-Calédonie

Alors que la Nouvelle Calédonie traverse une période compliquée et grave, le président de la République s’est rendu ce jeudi 23 mai 2024 à Nouméa car il considérait que c’était de sa responsabilité de permettre le retour du dialogue et de la sécurité de tous sur l’île.

Comme il l’avait promis, à l’issue de nombreux échanges avec l’intégralité des forces politiques – indépendantistes et non indépendantistes et acteurs économiques de l’archipel, le chef de l’État a pris des engagements forts pour mettre fin aux violences, lever les barrages et points fixes, assurer le retour au calme et ouvrir un dialogue politique en vue d’un accord institutionnel global.

Pour parvenir à un retour au calme :

  • Le chef de l’État a annoncé le déploiement de 23 GM, 3 000 forces de sécurité, 130 membres du GIGN et du RAID, 60 OPJ ainsi que des blindés et hélicoptères dans les prochaines heures afin de réinstaurer le calme « pas à pas dans chaque quartier, chaque barrage » ;
  • Il a également annoncé le déploiement de nouveaux magistrats pour assurer un suivi judiciaire optimal ;
  • Il a réitéré le besoin urgent d’un travail conséquent pour garantir un accès à tous les calédoniens en matière de ravitaillement et d’accès aux soins.

Pour reconstruire les dégâts causés par les émeutiers :

  • Le Président a constaté que « les dommages sont en cours de chiffrement, ils sont colossaux dans le grand Nouméa » ;
  • Pour y remédier, il a décidé l’installation d’une mission pour la reconstruction de l’archipel, composée de hauts fonctionnaires avec une équipe miroir à Paris ;
  • Le chef de l’État souhaite qu’un système de responsabilisation soit mis en place pour financer et définir une stratégie économique, avec un objectif en tête : diversifier et assurer l’unité économique de l’ile.

Pour parvenir à un accord institutionnel global :

Le président de la République a tenu un discours de fermeté, indiquant que l’état d’urgence sera levé seulement si l’ensemble des responsables politiques calédoniens, notamment du FLNKS et de la CCAT appellent explicitement à la levée des barrages et points fixes et dès que les retraits effectifs seront observés.

À partir de ce point, une mission de travail et de médiation a été installée, composée de 3 hauts fonctionnaires impartiaux et qui devra travailler à un accord global.

Il a également annoncé qu’un point d’étape sera fait d’ici 1 mois afin prendre les décisions sur la suite institutionnelle à mener, en considérant le retour au calme et la tenue sincère des engagements de l’ensemble des parties.

Le président de la République souhaite que l’accord global qui pourra être trouvé couvre :

  • La question du corps électoral ;
  • L’organisation des pouvoirs ;
  • La répartition des sièges au Parlement ;
  • La citoyenneté ;
  • Le nouveau contrat social, en particulier en matière d’inégalités économiques ;
  • La question de la diversification économique et celle du nickel ;
  • La question du vote d’autodétermination.

Le chef de l’État a enfin évoqué son souhait que cet accord global soit intégré à la Constitution.

Étiquettes
,


Pin It on Pinterest